1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. Qu'est-ce que les Puffs, ces cigarettes électroniques jetables qui font un tabac chez les jeunes ?
3 min de lecture

Qu'est-ce que les Puffs, ces cigarettes électroniques jetables qui font un tabac chez les jeunes ?

Devant les établissements scolaires, de plus en plus d'élèves vapotent, séduits par des emballages colorés et des goûts aussi fruités que sucrés.

Les élèves d'un lycée, dans la cour de récréation (illustration).
Les élèves d'un lycée, dans la cour de récréation (illustration).
Crédit : FRANK PERRY / AFP
Qu'est-ce que les Puffs, ces cigarettes électroniques jetables qui font un carton chez les jeunes ?
04:40
Nathan Bocard - édité par Florine Boukhelifa

C’est un nouveau fléau dans les collègues et les lycées français : les Puffs. Avec leurs couleurs vives et leurs goûts fruités, ces cigarettes électroniques jetables rencontrent beaucoup de succès chez les adolescents, notamment sur les réseaux sociaux. Alors que ces dernières posent un véritable problème de santé publique pour les enfants, RTL s'est rendu à la sortie d'un collège-lycée en banlieue parisienne et a constaté que les jeunes élèves fumeurs sont bien plus nombreux que ce que l’on peut imaginer.

De la petite foule qui traîne devant le portail s'échappe des nuages de vapeur ici et là. Alix et Anaïs, 14 ans, brandissent une petite panoplie de bâtonnets colorés à peine sorties de cours. "C'est le goût qui change, parce que la cigarette parfois c'est pas forcément très très bon. C'est pratique si l'on veut un bon goût et pas trop sentir après", explique l'une d'elles après avoir énuméré quelques saveurs possibles comme "goyave-mangue, menthe ou encore raisin glacé".

Presque tous les élèves ont le même argument : ce qu'ils aiment, ce sont ces goûts très variés, souvent fruités qui rappellent les bonbons. Cependant, certains achètent des Puffs pour des raisons économiques, comme Arthur, 15 ans. "Avant je fumais des cigarettes, mais cela coûtait trop cher et je n'ai plus les moyens", explique le jeune homme, pour qui ces bâtonnets sont "plus rentables".

Des cigarettes électroniques faciles d'accès

Ces cigarettes jetables peuvent se trouver à partir de 8 euros, contre environ 10 euros le paquet de cigarettes classiques, et sont conditionnées dans un petit emballage en carton, lui aussi très coloré. Tout semble être fait, du marketing jusqu'au prix de vente, pour attirer un public de plus en plus jeune.

À lire aussi

Résultat, les Puffs, et les cigarettes électroniques de manière générale, dépassent le tabac, déjà très présent dans les collèges et les lycées français. Selon une étude publiée la semaine dernière par L'Observatoire français des drogues et toxicomanies, 34% des élèves de troisième disent avoir expérimenté la cigarette électronique en 2021, contre 29% qui ont fumé du tabac.
 
Malgré l'interdiction de la vente aux mineurs des cigarettes électroniques, comme du tabac, les jeunes parviennent à mettre la main sur les Puffs de différentes manières. Ils en trouvent ainsi dans les magasins de cigarettes électroniques, mais surtout dans les bureaux de tabac. "On se fait rarement, voire jamais, embêter" par un contrôle de la pièce d'identité, confient Anaïs et Alix qui n'ont "aucune difficulté à s'en procurer".

Les statistiques le prouvent : les buralistes ne sont pas très regardants. Selon une étude du Comité national contre le tabagisme, ces derniers ne contrôlent pas la carte d'identité des mineurs dans un cas sur cinq. Dans le quartier où se situe cet établissement scolaire, aucun commerçant n'a cependant avoué vendre des Puffs aux mineurs.

Du trafic de Puffs dans les couloirs du lycée

Un autre buraliste, installé à quelques centaines de mètres du lycée, a néanmoins confirmé que celles-ci rencontraient un franc succès, et que les élèves défilaient, "une vingtaine" chaque jour selon lui, pour essayer d'en acheter. Alors face au refus de certains buralistes, et surtout aux pénuries qui les touchent, certains organisent un trafic dans le lycée

Il est ainsi possible pour ces élèves de trouver des Puffs via un compte Snapchat tenu par l'un d'entre eux. "Je les vends dans le lycée, ils viennent me voir ou je me déplace", explique ce jeune homme de 15 ans qui se fournit directement chez les buralistes. Un marché juteux, puisque ce dernier les achète dix euros pour ensuite les revendre le double du prix.

Se pose également la problématique de l'accoutumance dès le plus jeune âge. Comme pour la plupart des cigarettes électroniques, il est possible de choisir la quantité de nicotine et même d'acheter des Puffs sans nicotine. Pourtant, peu l'élèves semblent faire ce choix. "On va alors avoir un cerveau jeune qui va être exposé à la nicotine et on sait très bien que plus cette dépendance arrive tôt, plus elle arrive vite et est ensuite difficile à sevrer", s'inquiète Loïc Josserand, médecin et président de l'Alliance contre le tabac.
 
"On est d'abord addict à la nicotine avant de passer au tabagisme classique. Et là on en prend pour quarante ans avec tout le cortège de problèmes de santé que cela entraîne", ajoute-t-il. Selon lui, deux solutions sont possibles. D'abord, responsabiliser les vendeurs de cigarettes électroniques et mieux contrôler l'interdiction de ventes aux mineurs. Ensuite, forcer les marques à faire des emballages neutres, comme ce qui a été fait avec les paquets de cigarettes.

La rédaction vous recommande

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/