1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. Prix du porc : qui est Jean-Paul Bigard, en conflit avec les éleveurs
1 min de lecture

Prix du porc : qui est Jean-Paul Bigard, en conflit avec les éleveurs

REPLAY / PORTRAIT - Le patron du groupe industriel Bigard est convoqué par Stéphane Le Foll à 17 heures ce mercredi 19 août. Il refuse toujours de participer aux cotations du marché référence du porc de Plérin.

Une manifestation devant une usine Bigard en juin 2015 à Vitry-le-François
Une manifestation devant une usine Bigard en juin 2015 à Vitry-le-François
Crédit : FRANCOIS NASCIMBENI / AFP
Prix du porc : qui est Jean-Paul Bigard, en conflit avec les éleveurs
01:08
Patrice Gabard & James Abbott

Nouveau coup de pression du ministre de l'Agriculture sur le leader de la viande en France. Le patron du groupe Bigard est convoqué à 17 heures par Stéphane Le Foll. L'absence du groupe Bigard et de la Cooperl, qui représentent à eux seuls 30% des achats de porcs en Francea abouti mardi 18 août à énormément d'invendus au marché national de Plérin (Côtes d'Armor). Près d'un tiers des cochons n'ont pas trouvé preneur.

Le prix de référence a donc naturellement diminué avec un centime de baisse par kilo et les éleveurs sont toujours aussi inquiets. Ils attendent donc beaucoup de cet entretien. Le patron du groupe Bigard, 66 ans, est le numéro un de la viande en France et troisième au niveau européen.

Depuis des années sa société tire les prix vers le bas

Didier Lucas, président de la FDSEA des Côtes-d'Armor

Puissant et très discret, il s'expose très peu depuis le début de cette crise. En Bretagne, au marché du porc, beaucoup d'éleveurs et de syndicalistes ne l'ont jamais rencontré. Il ne jouit pas d'une très bonne réputation du côté des éleveurs.

"Même les gens de son groupe ne le voient que très rarement, insiste Didier Lucas, président de la FDSEA des Côtes-d'Armor. Depuis des années sa société tire les prix vers le bas". Les agriculteurs pensent même que Jean-Paul Bigard va profiter de sa rencontre avec Stéphane Le Foll pour négocier de gré à gré une baisse des prix, ce que les agriculteurs appellent le "marché gris".

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/