1 min de lecture Société

Prisons : "Il y a un manque crucial d'effectifs", dénonce le syndicat Ufap-Unsa

INVITÉ RTL – David Besson, secrétaire général adjoint de l'Ufap-Unsa, tire la sonnette d'alarme concernant le manque de personnel pénitentiaire, alors que les agressions à leur encontre se multiplient dans les prisons.

RTL Midi -  Christelle Rebière L'invité de RTL Midi Christelle Rebière
>
Prisons : "Il y a un manque crucial d'effectifs", dénonce un syndicaliste Crédit Image : AFP / ERIC FEFERBERG | Crédit Média : Christelle Rebière,Vincent Parizot | Durée : | Date : La page de l'émission
RTL Midi -  Christelle Rebière
Christelle Rebière et Vincent Parizot

Une concertation sous tension. Ce vendredi 19 janvier, les négociations se poursuivent entre les syndicats et l'administration pénitentiaire concernant le manque de moyens matériels et humains dans les prisons. Les échanges se sont encore tendus d'un cran, alors que ce vendredi 19 janvier au matin une nouvelle agression des surveillants a eu lieu au centre pénitentiaire de Borgo.

"Nous avons commencé à négocier, par rapport aux propositions qui nous sont faites par le gouvernement concernant les emplois. Ça ne va absolument pas, nous réclamons le remplacement de tous les personnels qui manquent sur les organigrammes sur tout le territoire. Sur ce point, le compte n'y est pas", dénonce au micro de RTL David Besson, secrétaire général adjoint de l'Ufap-Unsa, qui participe aux négociations.

"Notre ministre fantôme est totalement absente des négociations, mais sa présence nous est annoncée cette après-midi", déplore-t-il par ailleurs. 

Nos personnels ne supportent plus d'exercer leur mission dans une insécurité totale

David Besson, secrétaire général adjoint de l'Ufap-Unsa
Partager la citation

En tête des préoccupations pour le personnel pénitentiaire : le manque de moyens qui se répercute sur la sécurité des agents. "Nous allons faire des contre-propositions et on espère que Matignon va comprendre. Nos personnels ne supportent plus d'exercer leur mission dans une insécurité totale", explique David Besson.

À lire aussi
Prise de sang (illustration) Santé
Pourquoi les laboratoires d'analyses médicales font-ils grève ?

"Il y a un manque crucial d'effectifs de tous corps et grades confondus. Et à ce titre on demande juste le comblement des postes vacants sur le territoire. L'administration nous propose seulement 600 postes, c'est inacceptable", tonne le syndicaliste.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Société Prisons Agression
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants