1 min de lecture Éducation nationale

Prime aux décrocheurs scolaires : "Les sarkozystes sont des poissons rouges sans mémoire", accuse Nicolas Domenach

BILLET - Najat Vallaud-Belkacem a soulevé un tollé avec cette prime de 1.000 euros pour les élèves qui reviennent à l’école après une interruption d’au moins cinq mois.

micro générique On n'est pas forcément d'accord Yves Calvi & Les Signatures RTL iTunes RSS
>
Prime aux décrocheurs scolaires : "Les sarkozystes sont des poissons rouges sans mémoire", accuse Nicolas Domenach Crédit Image : Maxime Villalonga | Crédit Média : RTL.fr | Date :
La page de l'émission
Nicolas Domenach
Nicolas Domenach et Loïc Farge

"Pour être franc, j’ai commencé moi-même à pousser des cris d’orfraie quand j’ai entendu rapidement que le ministère de l’Education allait offrir ces primes à ceux qui avaient fait l’école buissonnière, alors qu’il avait récemment diminué le montant des bourses accordées aux bacheliers méritants", concède Nicolas Domenach. "Rien ne me hérisse plus spontanément que de récompenser, et encore plus de monétiser et de célébrer le retour de l’enfant prodige dans le droit chemin, même si les écritures saintes nous y engagent", ajoute le journaliste, qui explique qu'un tel tollé contre la ministre de l’Education nationale l'a "quand même intrigué".

Il avoue avoir découvert des "choses étonnantes". D'abord que les sarkozystes, "qui font souffler la tempête, sont des poissons rouges sans mémoire". Il s'explique : "Tous ces criailleurs qui osent parler de 'prime au vice', tous ceux-là ont oublié que Nicolas Sarkozy président s’était, en septembre 2009, engagé solennellement à verser une prime de 2.500 euros, et non pas de 1.000 euros comme aujourd'hui, aux décrocheurs-raccrocheurs issus essentiellement des classes populaires". Dans un discours très social, il précisait qu’il s’agissait "d’aider un jeune qui se battra, qui assumera ses devoirs" et qu’il fallait expérimenter cette mesure pour enrayer la dégradation de la situation. "Nicolas Sarkozy parlait d’or, mais ses pieds et sont restés de plomb", analyse Nicolas Domenach.
"Si cette prime peut aider quelques égarés à raccrocher, tant mieux", lance le journaliste. "Mais la tempête soulevée par cette mesurette montre à quel point il est devenu impossible de remettre quoi que ce soit en question dans l’Éducation sous surveillance des censeurs qui psalmodient l’exigence du retour aux enseignements fondamentaux", regrette-t-il. "En se fichant complètement des décrocheurs qui sont pour moi de vrais décroche-cœurs !", conclut-il.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Éducation nationale Société École
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants