1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. Présidentielle : plus de 50.000 agents des forces de l'ordre pour sécuriser les bureaux de vote
1 min de lecture

Présidentielle : plus de 50.000 agents des forces de l'ordre pour sécuriser les bureaux de vote

INVITÉ RTL - Pierre-Henry Brandet, porte-parole du ministère de l'Intérieur, détaille les mesures de sécurité mises en place pour le 1er tour de la présidentielle.

Un policier sécurisant une visite de Marine Le Pen, le 13 février 2017
Un policier sécurisant une visite de Marine Le Pen, le 13 février 2017
Crédit : Valery HACHE / AFP
Présidentielle 2017 : plus de 50.000 forces de l'ordre pour sécuriser les bureaux de vote
04:55
Présidentielle : plus de 50.000 forces de l'ordre pour sécuriser les bureaux de vote
05:04
245-PARIZOT
Vincent Parizot
Animateur

Au lendemain de l'arrestation de deux hommes de 23 et 29 ans soupçonnés de préparer une attaque terroriste imminente en France, la question de la sécurisation du 1er tour de la présidentielle est plus présente que jamais. Selon les premiers éléments de l'enquête, les deux hommes auraient voulu viser une ou plusieurs cibles liées au scrutin. Meeting, bureau de vote... Difficile à l'heure actuelle d'en savoir davantage. "On peut penser qu'il y avait soit un ciblage de personnalité politique ou d'un événement. Ça aurait pu être un bureau de vote ou un meeting", explique Pierre-Henry Brandet, porte-parole du ministère de l'Intérieur.

Toutefois, ces deux arrestations ne vont pas modifier le dispositif de sécurité aux abords des bureaux de vote, dimanche 23 avril. "Le ministère de l'Intérieur prend toutes les dispositions pour assurer la sécurité du scrutin", affirme Pierre-Henry Brandet. Pour protéger les 70.000 bureaux de vote en France métropolitaine et outre-mer, "nous avons plus de 50.000 policiers, gendarmes, militaires de l'opération Sentinelle avec les polices municipales qui vont être déployés", précise Pierre-Henry Brandet.

Ces forces de l'ordre seront présentes à l'extérieur des bureaux de vote, soit en patrouilles soit en gardes statiques. "Pour l'instant, il est prévu qu'il sécurise les abords et qu'ils restent à proximité de manière à intervenir si les présidents des bureaux de vote venaient à en faire la demande, s'il y avait un incident. Mais pour l'instant, il n'est pas prévu qu'il y ait des policiers, des gendarmes ou des militaires armés dans les bureaux de vote", précise Piderre-Henry Brandet.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/