1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. Premier jour de la rentrée : "C'est un métier que j'aime", déclare une professeure
1 min de lecture

Premier jour de la rentrée : "C'est un métier que j'aime", déclare une professeure

REPLAY - INVITÉE RTL - Sophie Mazet, professeure d'anglais en Seine-Saint-Denis, publie un ouvrage sur les beaux côtés du métier d'enseignant.

Sophie Mazet était l'invitée de RTL le 4 septembre 2017
Sophie Mazet était l'invitée de RTL le 4 septembre 2017
Crédit : Loïs Richard
Premier jour de la rentrée : "C'est un métier que j'aime", déclare une professeure
10:44
Professeur, un métier qu'elle aime : Sophie Mazet, enseignante au lycée, à contre-courant du déclinisme ambiant
10:53
Clémence Bauduin
Clémence Bauduin

C'est pour elle, ce lundi 4 septembre, la onzième rentrée. Sophie Mazet, professeur d'anglais au lycée Auguste Blanqui de Saint-Ouen (Seine-Saint-Denis), publie, à l'occasion de cette rentrée, Prof : les joies du métier (éd. Laffont). L'ouvrage dévoile une vision plus positive qu'à l'accoutumée d'une profession difficile qui, assure Sophie Mazet, offre aussi son lot de petits bonheurs. "C'est un métier que j'aime. (...) Je suis plutôt enthousiaste à l'idée d'élaborer des projets que j'ai préparés au cours de l'été", affirme-t-elle au micro de RTL à la veille de sa rentrée, tandis que quelque 12,4 millions d'élèves prennent ou reprennent cette semaine le chemin de l'école.

Sophie Mazet enseigne devant "24 à 35" élèves par classe et constate, dans son lycée réputé difficile, qu'il n'existe "pas tant que ça de mixité sociale". Parfois, le cours s'interrompt. "Ça m'est arrivé de ne pas pouvoir garder le silence", confie l'enseignante, qui évoque "des moments très difficiles dont on peut se relever" tout en reconnaissant qu'il s'agit d'un challenge "assez compliqué" notamment au début d'une carrière.

Ténacité et confiance

Face à un cours pendant lequel le chahut domine pendant parfois 25 minutes, Sophie Mazet conseille de "faire table rase après ce cours catastrophique qui a eu lieu (...), ne pas repartir ensuite devant ses élèves avec ces a-priori que l'on a formés au cours précédent". Elle préconise de "ne pas raconter le même incident 25 fois" à ses collègues en salle des profs. "Cela le fait exister et ça le rend encore plus gros qu'il n'était au début". 

Pour capter l'attention des élèves, Sophie Mazet estime que le professeur se doit d'être "assez clair sur les objectifs" et ne doit "pas lâcher sur les exigences" envers ses élèves et "essayer de leur expliquer que l'on pense qu'ils peuvent faire mieux". Une éducation basée sur la confiance, pour une rentrée sur de bonnes bases.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/