1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. Pourquoi les autoroutes sont-elles payantes ?
1 min de lecture

Pourquoi les autoroutes sont-elles payantes ?

ÉCLAIRAGE - Vous aussi, vous vous demandez pourquoi nous devons payer pour prendre l'autoroute. Voici la réponse.

L'autoroute A43 près de Lyon (illustration).
L'autoroute A43 près de Lyon (illustration).
Crédit : ALLILI MOURAD/SIPA
Cyprien Cini - édité par Charlotte Diry

Mais pourquoi les autoroutes sont-elles encore payantesIl faut remonter à l'origine du concept d'autoroute. Le 1er juillet 1961,  la première autoroute française, celle qui va devenir l'A8, est inaugurée et l'automobiliste découvre le concept de la barrière de péage

L'État a choisi de faire payer les utilisateurs, plutôt que l'ensemble des contribuables en créant un impôt supplémentaire. Le principe de l'utilisateur payeur. Au départ, cette contribution est annoncée comme temporaire.

Elle doit permettre de financer et surtout de rembourser la mise en place de l'autoroute qui coûte quand même 8 à 10 millions d'euros le kilomètre. Et c'est le triple pour les autoroutes de montagne. Au début des années 2000, l'État cède ses parts d'autoroutes et de grandes entreprises privées, pour 15 milliards d'euros, rachètent ces parts d'autoroutes. À elles de prendre en charge l'entretien du réseau mais aussi son développement. 

Et force est de constater que les 11.000 kilomètres d'autoroutes françaises sont plutôt extrêmement bien entretenues. Personne n'a à s'en plaindre. Sauf que ça coûte cher et que les sociétés qui gèrent ces autoroutes ne sont pas là pour faire du bénévolat. 

Donc on paye l'AFSA, c'est l'Association Française des Sociétés d'Autoroutes, qui explique que l'argent récolté aux péages, part pour 31% dans l'entretien, 20% pour l'exploitation, 32% en taxes et en impôts et 2% pour ce qu'ils appellent les grosses réparations. Le reste, et bien c'est du bénéfice

Certains disent que c'est trop, d'autres pas assez. Ce n'est pas maintenant qu'on va trancher. Mais comme on continue toujours de construire des nouveaux tronçons, les entreprises continuent de faire des emprunts et expliquent donc que les autoroutes ne sont toujours pas amorties. Et donc, on va continuer à payer. Après, il y a toujours l'alternative de prendre la nationale, plus longue, mais toujours gratuite pour l'instant. Preuve que les choses ne sont pas si mal faites. 

La rédaction vous recommande
À écouter aussi

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/