1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. Pour la première fois, un couple autorisé à conserver le cordon ombilical de son enfant
2 min de lecture

Pour la première fois, un couple autorisé à conserver le cordon ombilical de son enfant

Info RTL INFO RTL - Le tribunal de Grasse a autorisé cette première "pour des raisons thérapeutiques dûment justifiées".

La fin d'un accouchement à l'hôpital franco-britannique de Levallois-Perret (illustration).
La fin d'un accouchement à l'hôpital franco-britannique de Levallois-Perret (illustration).
Crédit : DIDIER PALLAGES / AFP
Pour la première fois, un couple autorisé à conserver le cordon ombilical de son enfant
03:29
Pour la première fois, un couple autorisé à conserver le cordon ombilical de leur enfant
03:29
Jean-Alphonse Richard & Eléanor Douet

Une décision de justice inédite pourrait avoir des conséquences importantes dans le milieu médical. Une jeune femme, qui doit accoucher le 18 décembre, vient d'obtenir le droit de conserver et de faire congeler son cordon ombilical, ce que la loi française n'avait jamais autorisé jusque-là. La justice s'est effectivement rangée du côté des arguments de la future maman, dont c'est la première grossesse. Celle-ci, dans une requête adressée le 14 octobre au tribunal de Grasse, avait clairement indiqué que sa famille et celle du père de l'enfant à naître souffraient toutes deux de graves antécédents médicaux, notamment en matière de cancers du foie et du pancréas.

La future maman explique que les cellules souches présentes dans le cordon pourront, peut-être, un jour sauver son enfant. "On pourra utiliser les cellules souches pour régénérer un organe, explique-t-elle. C'est peut-être un futur cadeau que je fais à mon enfant, de pouvoir demain se soigner grâce à ça. J'aurais regretté de ne pas le faire. Même si demain ça ne fonctionne pas". 

L'argument inédit a été entendu et accepté par la vice-présidente du tribunal de Grasse. Dans une ordonnance datée du 21 novembre, elle affirme que "les parents peuvent conserver les cellules du sang du cordon et du placenta au regard de nécessités thérapeutiques justifiées".

Une demande isolée au cœur d'un vide juridique

D'ordinaire, le cordon est détruit, car considéré en France comme un déchet médical, mais les parents sont autorisés à en faire don à la médecine. On sait que les cellules souches du cordon, dite hématopoïétiques, permettent de soigner certaines maladies, comme la leucémie, mais en aucun cas le cordon ne peut être conservé pour soi. 

À lire aussi

Concrètement, après l'accouchement, le cordon va être congelé, cryogénisé, pour pouvoir être conservé. Là aussi, c'est une première parce que cette manipulation technique pour conserver un cordon à titre privé n'est pas autorisée en France. C'est donc une société spécialisée britannique qui va envoyer une équipe pour prélever et congeler le cordon immédiatement après l'accouchement et l'entreposer pour, au mois, 25 ans.

La future maman veut donc "changer les choses", même si sa demande reste isolée au cœur d'un vide juridique. La loi française ne dit pas clairement qui est propriétaire du cordon ombilical. Il y a ceux qui estiment que le cordon est la propriété de la famille. Les deux avocats du dossier, Me Tora et Me Ludot, ont plaidé dans ce sens, et ouvert une brèche qui pourrait faire jurisprudence. Puis il y a le milieu médical, qui met en avant des questions d'éthique. Pour lui, le cordon doit profiter à tous, en aucun cas être privatisé, car il pourrait devenir un enjeu commercial. La décision du tribunal de Grasse bouleverse la donne.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/