1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. Portables interdits : les collèges vont devenir des "consignes géantes", pour un proviseur
1 min de lecture

Portables interdits : les collèges vont devenir des "consignes géantes", pour un proviseur

INVITÉ RTL - Philippe Vincent réagit aux annonces du ministre de l'Éducation sur RTL, qui a confirmé l'interdiction des téléphones portables dans les écoles et collèges, à la rentrée 2018.

Une élève utilise un téléphone portable dans une salle de classe
Une élève utilise un téléphone portable dans une salle de classe
Crédit : Fred DUFOUR / AFP
Portables interdits : les collèges vont devenir des "consignes géantes" pour un proviseur
05:07
Julien Sellier & Eléanor Douet

Le ministre de l'Éducation nationale Jean-Michel Blanquer a confirmé sur RTL dimanche 10 décembre l'interdiction à la rentrée 2018 du téléphone portable pour les élèves des écoles et collèges.

"Cette nouvelle annonce du ministre nous laisse dubitatifs, parce que nous avons du mal à comprendre quel est le projet réel sur le sujet. En général, on a tendance à le trouver plutôt cohérent et pragmatique sur les questions et là, on ne retrouve pas cette cohérence et ce pragmatisme dans les annonces qu'il a faites", regrette Philippe Vincent, secrétaire général adjoint du SNPDEN (Syndicat national des personnels de direction de l'éducation nationale), principal syndicat des chefs d'établissements et également proviseur à Marseille. 

Ce dernier ne comprend pas ce que le ministre entend mettre en place puisqu'il souhaite à la fois interdire les téléphones aux élèves, tout en les rendant disponibles pour un "usage pédagogique" ou pour des appels d'urgence et donc qu'ils devraient être confinés. "La notion de confinement m'interroge parce que ça veut dire interdire la possession et la détention et c'est une mesure d'une toute autre nature", que ce qui est déjà prévu par un article du Code de l'éducation

En septembre, Jean-Michel Blanquer avait évoqué l'idée de casiers qui ferment pour placer les téléphones. "Ça nous parait extrêmement compliqué. Est-ce qu'on doit transformer un collège en consigne géante ?", se demande Philippe Vincent.

À lire aussi

"Je faisais un petit calcul : 5.300 collèges publics, 500 élèves en moyenne, ça fait en moyenne 3 millions de casiers", souligne-t-il, tout en regrettant que les "problèmes pratiques" de cette mesure n'aient pas été abordés par le ministre. 

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/