1 min de lecture Coronavirus

Port du masque obligatoire en entreprises : le Medef veut éviter la "psychose"

INVITÉ RTL - Patrick Martin, président délégué du Medef, se méfie des "mesures générales" et estime qu'il faut faire du "cas par cas".

Alba Ventura L'invité de RTL Alba Ventura iTunes RSS
>
Patrick Martin était l'invité de RTL du 19 août 2020 Crédit Image : RTL | Crédit Média : RTL | Durée : | Date :
La page de l'émission
Jérôme Florin
Jérôme Florin édité par Maeliss Innocenti

Le port du masque va devenir obligatoire en entreprises à la rentrée "dans tous les lieux clos publics et privés collectifs". C'est ce qu'a annoncé la ministre du travail Élisabeth Borne. L'accueil de cette nouvelle mesure, destinée à limiter la propagation du coronavirus sur ce terrain-là, est mitigé. Notamment du côté du Medef.

"On se méfie de ses mesures générales qui sont parfois difficilement applicables et puis qui, par ailleurs peuvent créer une psychose dans l'opinion publique et chez les salariés, au même moment où c'est la confiance qui doit l'emporter", souligne Patrick Martin, président délégué du Medef, sur RTL.

"Il y a moins de 40 clusters actifs qui ont été identifiés en entreprises. Il y a 1,7 million d'entreprises qui ont des salariés. Ça conduit à relativiser l'ampleur du phénomène. Qu'on ne néglige pas ! Nous, notre objectif, en plein accord avec le gouvernement, c'est d'éviter un reconfinement. Mais il faut raison garder".

"Des entreprises pour lesquelles ça ne se justifie pas"

Selon lui, "il y a des entreprises pour lesquelles ça ne se justifie pas" et il faut faire du "cas par cas". "Il faut trouver le bon équilibre entre la nécessaire reprise de l'activité et les messages contradictoires que ce type de mesures peuvent envoyer à l'opinion publique, aux salariés et aux dirigeants eux-mêmes."

À lire aussi
Coronavirus France
Coronavirus : un deuxième mort dans l'Ehpad toulousain atteint par le variant britannique

Enfin, Patrick Martin estime que le masque obligatoire dans les espaces clos en entreprises va engendrer, pour une société de 500 salariés par exemple, jusqu'à 30.000 euros de dépenses supplémentaires par mois.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Coronavirus Coronavirus France Medef
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants