2 min de lecture Police

Police de sécurité du quotidien : que souhaite mettre en place Macron ?

ÉCLAIRAGE - Niant un retour de la police de proximité, le président de la République va présenter ce mercredi 18 octobre les grandes lignes de la police de sécurité du quotidien.

Julien Sellier RTL Petit Matin Julien Sellier iTunes RSS
>
Police de sécurité quotidienne : que souhaite mettre en place Macron ? Crédit Image : ANNE-CHRISTINE POUJOULAT / AFP | Crédit Média : Thomas Prouteau | Durée : | Date : La page de l'émission
Thomas Prouteau et Claire Gaveau

Une semaine après l'adoption du projet de loi antiterroriste, Emmanuel Macron ouvre un nouveau volet de sa politique de sécurité. Le président de la République est attendu au tournant, ce mercredi 18 octobre, concernant la réforme des forces de l'ordre qui se dévoile sur fond de menace terroriste persistante et grogne policière. 

Le chef de l'État s'exprimera devant quelque 500 personnes rassemblées à l'Élysée, où ont été conviés les directeurs départementaux de la police, les commandants de groupement de gendarmerie, les préfets et les principaux cadres du ministère de l'Intérieur. Et l'une des questions principales de ce rendez-vous demeure la police de sécurité du quotidien, l'une de ses promesses de campagne.

À quoi ressemblera ce dispositif ? À l'heure actuelle, on sait essentiellement ce qu'elle ne sera pas. Emmanuel Macron a déjà balayé d'un revers de main le retour à une police de proximité, mise en place par le gouvernement de Lionel Jospin en 1998 avant d'être abandonnée par Nicolas Sarkozy, alors ministre de l'Intérieur. 

Cibler les faits de délinquance

Emmanuel Macron veut en effet mettre en place une police adaptée au besoin de chaque territoire. Lutter contre le trafic de drogue dans les zones sensibles, éviter les cambriolages dans les zones les plus concernées... Telle est la volonté principale du gouvernement alors que la délinquance varie en fonction des villes et des quartiers.

À lire aussi
France
Les infos de 18h - Essonne : "Nous avons recensé 91 rixes en 2020 contre 56 en 2019", alerte le préfet

Dans son intervention dimanche 15 octobre sur TF1/LCI, le président de la République a également mis l'accent sur les faits de harcèlement alors que les témoignages ne cessent de se multiplier, notamment sur les réseaux sociaux avec le hashtag #BalanceTonPorc. Emmanuel Macron a alors assuré que la police de sécurité du quotidien "aura dans ses priorités la lutte contre le harcèlement et en particulier dans les transports". 

Une trentaine de villes candidates

Cette réforme, qui devrait être majeure, implique une vaste réorganisation des forces de l'ordre dans leur ensemble selon l'Élysée. Mais les contours de cette nouvelle police reste assez flous. Et pour cause, sa forme définitive sera décidée à la fin de l'année après une concertation de plusieurs semaines avec les policiers et les acteurs locaux.

Une trentaine de villes se sont d'ores et déjà portées candidates pour accueillir les premières expérimentations en janvier prochain mais seule une quinzaine de sites seront retenus

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Police Sécurité
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants