1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. Pascal Praud : "Nicolas Sarkozy est incorrigible"
1 min de lecture

Pascal Praud : "Nicolas Sarkozy est incorrigible"

REPLAY / ÉDITO - En plein déchirement à l'UMP sur le duel PS-FN à la législative partielle du Doubs, Nicolas Sarkozy s'est rendu à l'étranger pour donner une nouvelle conférence rémunérée. Gênant ?

Pascal Praud : "Nicolas Sarkozy est incorrigible"
01:22
Pascal Praud : "Nicolas Sarkozy est incorrigible"
01:22
Pascal Praud

Le fait que Nicolas Sarkozy accorde des conférences rémunérées à l'étranger est "une bonne chose pour la France", a assuré vendredi 6 février sur RTL son ancien ministre Luc Chatel. La dernière prestation en date de l'ancien président a eu lieu en début de semaine à Abou Dabi.

"On n'a jamais vu José Mourinho (l'entraîneur du club de football anglais Chelsea, Ndlr) quitter son équipe quand elle est menée 1-0 pour aller dîner dans Londres !", clame Pascal Praud, pour qui Nicolas Sarkozy est "incorrigible".
"On lui reproche sa fascination pour le monde de l'argent - j'imagine qu'il le sait -, et il entretient cette image", poursuit le journaliste. "Le voyage d'Abou Dabi est dévastateur, parce qu'il tape précisément là où ça fait mal", ajoute-t-il.

Quand on est président de l'UMP, le jour où ça bastonne, on n'est pas à Abou Dabi

Pascal Praud

"Nicolas Sarkozy court le cachet. L'UMP se déchire et il n'est pas là. Bien sûr son absence est symbolique, bien sûr on peut le joindre ! Mais c'est une question d'état d'esprit, et c'est souvent pareil avec Nicolas Sarkozy", explique Pascal Praud.

"Il maltraite les us et les coutumes. Du Fouquet's au 'casse-toi, pauvre con !', au fond c'est la même histoire", décrypte-t-il. Pour lui, Nicolas Sarkozy est "un homme brillant, intelligent et doué, mais qui déteste la contrainte et les inconvénients qu'impliquent certaines fonctions : tenir et se tenir".

À écouter aussi

"Quand on est président de l'UMP, le jour où ça bastonne, on n'est pas à Abou Dabi", lance Pascal Praud. "Pourquoi ? Parce que c'est comme ça", insiste-t-il. C'est une "question de bon sens".

"Pour refuser ces évidences, Nicolas Sarkozy a souvent payé cher l'addition. Beaucoup plus que son voyage lui a rapporté, conclut-il.

La rédaction vous recommande
À lire aussi

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/