1 min de lecture Société

Pascal Kijak, chauffeur de taxi à Lens depuis 33 ans

"Ma France à moi, c'est la France des gens simple et des vrais gens", dit Pascal Kijak, fier de son bassin minier.

Générique 3 Ma France à Moi Emilie Baujard
>
Pascal Kijak, chauffeur de taxi à Lens depuis 33 ans Crédit Image : AFP / Archives, Philippe Huguen | Crédit Média : Emilie Baujard | Durée : | Date : La page de l'émission
Émilie Baujard
Emilie Baujard et Loïc Farge

Pascal passe ses journées dans sa voiture, sur les routes de Lens et de ses environs. Il est artisan taxi, sans patron, sans regroupement. Il gère son travail comme il l'entend. "On passe presque autant de temps dans la voiture qu'à la maison, ce qui nécessite minimum de propreté et de confort". Pascal n'a jamais fait autre chose que chauffeur de taxi. Il n'a jamais quitté son Pas-de-Calais natal ni sa ville, Vimy, où il a élevé ses trois enfants.
Petit-fils de mineur, Pascal est fier de son bassin minier et de son histoire. Dans sa voiture, il voit ce paysage ouvrier défiler et évoluer sous ses yeux. "On a longtemps été les oubliés. Les mines, les grosses industries, les sidérurgie : toutes ces choses-là, ça a disparu (...). Les nouvelles usines qui s'installent n'emploieront jamais autant de main d'oeuvre que celle qui l'a été ici pendant toute cette période", analyse-t-il.

Dans son taxi, Pascal patiente. Devant les gares, l'aéroport de Lille aussi parfois. Ce qu'il aime c'est le contact avec les gens, toujours très différents. "On voit de tout, tous les âges, toutes les catégories sociales, c'est ce qui me plait. À la limite on peut faire un gars qui touche le RSA comme on peut faire un patron du CAC 40. Il faut d'abord cerner le client avant de parler de certains sujets, comme la politique par exemple", lance-t-il.

En rigolant, Pascal explique qu'il n'a pas besoin de GPS. Les rues de Lens, il les connait par cœur. Il s'y sent bien. Beaucoup plus que dans la circulation de Lille, trop étouffante à son goût. Alors quand il ne conduit pas son taxi, Pascal s'évade. Toujours sur les routes, mais à vélo cette fois. Pour autant, il n'est pas prêt encore à prendre sa retraite.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Société Social Taxi
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants