1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. Au campement de migrants d'Austerlitz à Paris : "Ça fait cinq jours que je ne me suis pas lavé"
2 min de lecture

Au campement de migrants d'Austerlitz à Paris : "Ça fait cinq jours que je ne me suis pas lavé"

REPLAY / REPORTAGE - Environ 340 migrants sont installés à proximité de la Cité de la mode, sur le quai d'Austerlitz. La mairie de Paris a demandé son évacuation.

Des migrants dans le campement d'Austerlitz à Paris, le 3 août 2015
Des migrants dans le campement d'Austerlitz à Paris, le 3 août 2015
Crédit : KENZO TRIBOUILLARD / AFP
Paris : en Europe c'est "partout pareil", lance un migrant du campement d'Austerlitz
01:45
Sina Mir & Valentin Chatelier

Ils sont environ 340 à être installés sur le quai d'Austerlitz, au pied de la Cité de la mode. Ces migrants sont là depuis juin et vivent sous la menace d'une évacuation demandée par la mairie de Paris. Une décision qui n'est pas encore ordonnée par la justice.

Une photo du campement avait particulièrement ému les réseaux sociaux. Elle montrait une centaine de tentes le long du quai de Seine à quelques marches seulement d'un cours de yoga en plein air. Publiée sur Twitter début juillet, elle a été partagée plus de 600 fois.

"Il y a beaucoup de monde qui passe ici, ils ne s'arrêtent pas. Ils s'en fichent de nous", a déploré Mohamed, qui a fui la Libye il y a deux mois. Après plusieurs escales en Italie, il partage depuis deux semaines un petit matelas gonflable sous le métro aérien. "Parfois ou nous donne à manger, parfois on ne nous donne pas. Donc c'est difficile pour nous. Ça fait 5 jours que je ne me suis pas lavé, et moi je ne veux pas être sale, il faut que je sois propre comme d'habitude", a-t-il fait remarquer.

Un ancien étudiant en droit parmi les migrants d'Austerlitz

Parmi les 340 migrants installés dans ce campement de fortune, beaucoup avaient une situation avant de quitter leur pays. C'est le cas d'Abdoul, qui est depuis 7 mois sous ce pont. Il a dû quitter son pays à cause du conflit au Darfour alors qu'il était étudiant le droit. "Quand je dis aux autres que je suis là depuis pratiquement un an ils n'en reviennent pas, ils disent qu'en Angleterre c'est beaucoup plus simple, qu'on ne laisse pas les gens à la rue. Je leur ai dit qu'en Europe c'était partout pareil mais ils ne me croient pas", a-t-il noté.

À lire aussi

Alors qu'une manifestation est prévue à 18h30 ce mercredi 5 août pour soutenir les migrants d'Austerlitz, les associations réclament que des hébergements leur soient attribués pendant la durée de l'examen de leur dossier. L'évacuation du campement demandée par la mairie reste pour l'instant impossible, tant que de nouvelles places d’hébergements ne seront pas créées à Paris.

La rédaction vous recommande
À écouter aussi

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/