3 min de lecture Études supérieures

Parcoursup : 149.690 élèves sont encore en attente

Les résultats du bac, dévoilés ce vendredi 6 juillet, vont peut-être débloquer les procédures d'admission sur la plateforme Parcoursup.

La phase complémentaire de Parcoursup sera clôturée vendredi 21 septembre
La phase complémentaire de Parcoursup sera clôturée vendredi 21 septembre Crédit : Lionel BONAVENTURE / AFP
Leia Hoarau
Leia Hoarau
Journaliste

Avec la mise en place de la nouvelle procédure d'admission Parcoursup (ex-APB), l'objectif était de permettre à tout le monde d'avoir une place dans une formation d'enseignement supérieur. Un pari loin d'être gagné puisque, selon les chiffres mis en ligne mercredi par le ministère de l'Éducation nationale, 149.690 élèves sont encore en attente de place, voire sans réponse de la part des établissements dans lesquels ils ont postulé

Malgré l'annonce, par Frédérique Vidal, ministre de l'Enseignement supérieur, de la recherche et de l'innovation, de la création d'un total de 31.000 places, les universités ont du mal à atteindre les quotas de formation. En cause, l'indécision de certains élèves et la mise en attente des autres.

Des candidats toujours en attente

Sur les 149.690 candidats, 111.954 d'entre eux sont actuellement encore en attente d'une réponse positive, 20.562 n'ont reçu que des réponses négatives et 5.183 ont demandé à être accompagnés par le recteur de leur académie dans l'espoir de débloquer leur situation. Mais l'attente est également de mise du côté des universités qui ne parviennent pas à atteindre leurs quotas. A l'inverse de l'année dernière, les effectifs des filières très demandées telles que Staps (sport), Paces (médecine), droit... tardent à se remplir. 

À lire aussi
La phase complémentaire de Parcoursup sera clôturée vendredi 21 septembre éducation nationale
Parcoursup : les candidats ont jusqu'à ce soir 23h59 pour formuler leurs vœux

Si les universités ne peuvent expliquer ce changement de tendance (ces filières étaient prises d'assaut l'année dernière), le nouvel algorithme de la plateforme d'admission post-bac pourrait être en cause : il inciterait les élèves à "fausser" leur liste de vœux pour avoir plus de chances d'être acceptés. 

Ainsi, un élève qui souhaiterait entrer dans une formation facile d'accès aurait tendance à placer son second choix en premier pour être sûr de l'avoir, au cas où il serait refusé dans sa formation de préférence. La hiérarchisation des vœux serait donc davantage basée sur des choix stratégiques que sur les réelles motivations des lycéens. Hors, la hiérarchisation de la formation est un des critères adoptés par les établissements pour choisir un élève plutôt qu'un autre.

Des candidats acceptés mais encore indécis

Parmi les candidats ayant reçu au moins une réponse, seuls 385.782 ont accepté définitivement une proposition. Mais 223.311 d'entre eux ne l'ont pas encore validé. Si ces élèves paraissent frileux, c'est tout simplement parce que la proposition acceptée n'est pas celle en tête de leur liste : ces élèves la valideront donc au dernier moment, en attendant la réponse de la formation qu'ils préfèrent.

Une technique qui s'illustre bien en région parisienne. Certains élèves acceptés dans les universités périphériques attendent le dernier moment avant de valider les propositions pour voir s'ils progressent dans la liste d'attente des universités les plus demandées, telles que Paris 1 et Paris 2.

De quoi ralentir encore un peu plus la procédure pour ceux qui sont toujours en attente d'une réponse. Si cette attente permet à certains de se rassurer et de se laisser un maximum de chances dans l'établissement désiré, elle est plus pénible pour les autres qui ne comprennent pas pourquoi ils sont encore sur liste d'attente. 

Comment accélérer les procédures ?

La nouvelle plateforme doit donc encore prouver son efficacité. L'ouverture de la phase complémentaire, le 26 juin dernier, pourrait malgré tout aider à épurer les effectifs. Les résultats du bac ce vendredi, permettront aux élèves non diplômés de libérer des places. Le délai de réponse, réduit à 3 jours au lieu de 7, permettra également d'accélérer la procédure d'admission.

Autre mesure qui pourrait faire avancer les choses : la création de 31.000 places supplémentaires. C'est une des promesses de Frédérique Vidal, ministre de l'Enseignement supérieur. 21.000 places supplémentaires ont déjà été actées pour les université et les BTS, et 10.000 autres ont été promises par la ministre pour les filières "en tension" (notamment dans les IUT). L'objectif : débloquer le processus pour permettre à tout le monde d'obtenir une place dès la rentrée prochaine.

A ce jour, 65.258 élèves se sont déjà désinscrits de la plateforme numérique (intégration d'une formation hors Parcoursup, obtention d'un concours, travail au pair...), qu'ils aient reçu une proposition positive ou non.

Il faudra néanmoins attendre la fin de la procédure, le 21 septembre prochain, pour pouvoir analyser les résultats et tirer des conclusions viables.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Études supérieures Études Université
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7794005708
Parcoursup : 149.690 élèves sont encore en attente
Parcoursup : 149.690 élèves sont encore en attente
Les résultats du bac, dévoilés ce vendredi 6 juillet, vont peut-être débloquer les procédures d'admission sur la plateforme Parcoursup.
https://www.rtl.fr/actu/debats-societe/parcoursup-149-690-eleves-sont-encore-en-attente-7794005708
2018-07-06 11:24:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/PY6wbX6qkHgW3LzH8pSJLw/330v220-2/online/image/2018/0522/7793482906_les-resultats-de-parcoursup-tomberont-mardi-22-mai-a-18h.jpg