1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. Ouragan Irma : les autorités veulent "organiser une base logistique en Guadeloupe"
2 min de lecture

Ouragan Irma : les autorités veulent "organiser une base logistique en Guadeloupe"

INVITÉ RTL - Alors que l'ouragan frappe St-Barthélémy et St-Martin, toutes deux placées en alerte violette, Mickaël Bernier, responsable communication de la Sécurité civile de la cellule interministérielle de crise, évoque les dispositifs mis en place.

La ville de Basse-Terre, capitale de Guadeloupe, le 19 avril 2016
La ville de Basse-Terre, capitale de Guadeloupe, le 19 avril 2016
Crédit : Helene Valenzuela / AFP
Ouragan Irma : il faut "organiser une base logistique en Guadeloupe importante"
04:07
Ouragan Irma : il faut "organiser une base logistique en Guadeloupe importante"
04:07
Stéphane Carpentier & Christelle Rebière

Ce mercredi 6 septembre à la mi-journée, l'ouragan Irma est en place sur Saint-Barthélémy et Saint-Martin. "Il était il y a une demi-heure à une cinquantaine de kilomètres, on peut maintenant supposer qu'elles sont maintenant sous les vents les plus violents depuis quelques minutes et encore pour un petit moment", assurait sur RTL à la mi-journée le lieutenant-colonel Mickaël Bernier, responsable communication de la Sécurité civile, actuellement dans la cellule interministérielle de crise ouverte à Paris. 

"On pourrait avoir des rafales à 300 kilomètres par heure", selon les prévisisons de Météo France assure Mickaël Bernier. Sur place, c'est encore la nuit donc les personnes sont confinées et on ne ne peut connaître les dégâts éventuels déjà survenus. "On est alerte violette donc les gens restent à l'intérieur", insiste le lieutenant-colonel. Il faudra selon lui attendre quelques heures et la fin de l'après-midi au mieux, voire le milieu de la nuit en France, pour connaître les dégâts et les conséquences du cyclone.  

Des contacts sont faits au niveau des autorités de l'État, les autorités préfectorales. Le gouvernement a fait part de son inquiétude avec plus de 7.000 personnes qui ont refusé de se mettre à l'abri. "Comme dans toutes les situations de crise, de Sécurité civile ou d 'évacuation (...), on a parfois des difficultés avec certaines personnes", déplore Mickaël Barnier. 

Deux colonnes de sapeurs-pompiers et de militaires sur le départ

Le lieutenant-colonel de la Sécurité civile assure que "des militaires de la Sécurité civile sont déjà sur place ainsi que des sapeurs-pompiers et des militaires de la gendarmerie. Deux colonnes devraient partir cet après-midi : une d'Ile-de-France constituée de sapeurs-pompiers, une deuxième de militaires". Dans un avion, se trouveront aussi des personnels du ministère de la Santé et du matériel, et une mission d'appui pour pouvoir organiser une base logistique en Guadeloupe importante afin de "pouvoir faire transiter vers Saint-Martin en cas de besoin : des hommes, des vivres, ce qu'il faudra faire".   

À lire aussi

Mickaël Barnier insiste sur le fait qu'il ne faut pas saturer les standards des préfectures et du ministère de l'Intérieur.  "D'ici quelques minutes, un numéro va être communiqué à la population et aux Antillais plus particulièrement pour avoir un vrai numéro de renseignement. En Guadeloupe, "les dégâts seraient moindre que ceux attendus", "une situation moins préoccupante que celle qu'on attendait", rassure le lieutenant-colonel de la Sécurité civile. 

Deux numéros d'appel d'information sont mis à la disposition du public : 
- Depuis les Antilles : +590 5 96 39 36 00
- Depuis la métropole : +33 1 82 71 03 37

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/