1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. "Nous vivons encore dans une société de privilèges", affirme le journaliste Sébastien Le Fol
2 min de lecture

"Nous vivons encore dans une société de privilèges", affirme le journaliste Sébastien Le Fol

INVITÉ RTL - Le directeur du journal "Le Point", Sébastien Le Fol, estime que la Révolution Française n'a pas encore atteint son but et que la société est encore, en quelques sortes, hiérarchisée.

Sébastien Le Fol était l'invité de RTL ce mardi 31 août
Sébastien Le Fol était l'invité de RTL ce mardi 31 août
Crédit : RTL
"Nous sommes encore dans une société de privilège" déplore Sébastien Le Fol
09:16
Pour le journaliste Sébastien Le Fol, "nous sommes encore dans une société de privilèges"
09:16
Yves Calvi_
Yves Calvi - édité par Romain Giraud

Sébastien Le Fol, directeur du journal Le Point, était l'invité de Yves Calvi ce mardi 31 août pour évoquer la sortie de son ouvrage Reste à ta place, qui relate notamment la hiérarchisation sociale encore présente en France, selon lui, en 2021 : "Nous sommes encore largement une société de cour, de statut, de privilèges, la Révolution Française n'est pas encore terminée" affirme-t-il, faisant référence à sa propre expérience. 

Issu d'un milieu modeste, le journaliste n'était pas destiné à faire ce métier : "La France est la championne du monde de la reproduction sociale, du déterminisme. Moi, j'ai réussi à faire ce métier mais combien ont renoncé ?".

Son ouvrage met en lumière le parcours de plusieurs personnalités publiques à travers des entretiens. Des personnalités qui n'étaient pas non plus destinées à avoir ce parcours de vie : "J'ai été stupéfait de voir la rage en eux, je pense à Fabrice Luchini, à qui on avait dit 'mais toi, le fils de marchands de fruits et légumes'; à Éric Dupond-Moretti, qui après avoir acheté une veste dans un grand magasin parisien, a été contacté par son banquier pour lui dire de freiner... On en ri, mais ces gens sont encore blessés. Le paradoxe est que cela donne de la force pour avancer", poursuit-il. 

"Il faut 6 générations en France pour que le descendant d'une famille modeste parvienne au revenu médian, contre 4 pour d'autres pays", déplore le journaliste. "On gâche des talents, il y a plein de gens qui ont, dès le plus jeune âge, des capacités mais tout ce qui ne se fond pas dans le modèle de réussite est découragé", ajoutant que certains professeurs "prennent du temps libre pour combler les lacunes comme cela a pu m'arriver". 

À lire aussi

Mais à côté de cela, le "système éducatif reste une machine à diviser où la vertu de l'échec n'est pas enseignée (...). La mauvaise note, c'est la honte encore aujourd'hui, alors que c'est censé nous faire apprendre. Je pense que l'école républicaine renforce et maintient les inhibitions de la société française, c'est un scandale énorme", conclut-il.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/