1 min de lecture Sexisme

#MeToo : deux musiciennes dénoncent les violences sexuelles dans la musique classique

Dans une vidéo, les soeurs Camille et Julie Berthollet, toutes deux musiciennes, témoignent des violences sexuelles dans le milieu de la musique classique.

Camille Berthollet aux Victoires de la musique classique en 2016.
Camille Berthollet aux Victoires de la musique classique en 2016. Crédit : REMY GABALDA / AFP PHOTO / AFP
Marie Zafimehy
Marie Zafimehy

"Un chef d'orchestre qui s'est permis d'avoir des gestes totalement déplacés". C'est la sombre expérience qui a conduit Julie et Camille Berthollet, respectivement violoniste et violoncelliste, à témoigner des violences sexuelles dans le milieu de la musique classique. Dans une vidéo publiée par Loopsider, les deux sœurs musiciennes listent les actes dont elles ont été victimes et/ou témoins depuis leurs débuts.

"Certains profs par exemple, on savait qu'on devait faire attention et ne pas aller en cours toute seule", "certaines filles qu'on connaissait (...) allaient coucher avec le prof et les parents étaient au courant", "des attouchements, des actes tactiles qui sont totalement déplacés"...  

Autant d'anecdotes qui viennent s'ajouter aux injonctions sexistes auxquelles sont soumises les musiciennes. "Si on s'habille court, il y aura une remarque, si on s'habille long aussi il y aura une remarque, si on met des talons y aura une remarque, si on n'en met pas aussi."

En 2018, un an après les débuts du mouvement #MeToo, une enquête de L'Obs racontait des faits similaires dans les conservatoires de musique classique français. Un véritable tabou dans le milieu fermé qu'est celui de la musique classique. "On voit qu'il y a plein de jeunes filles, ou d'hommes d'ailleurs, qui ont peur de dire les choses en pensant qu'ils n'auront pas de carrière si ils parlent", explique Camille Berthollet. 

À lire aussi
Gérald Darmanin (gauche) et Éric Dupond-Moretti (droite). remaniement ministériel
Remaniement : pourquoi les nominations de Darmanin et Dupond-Moretti indignent

Avec sa sœur elle espère que leur témoignage servira à tous les aspirants et aspirantes prodiges. "La première chose que je leur dirai c'est de savoir dire non", conclut Julie Berthollet.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Sexisme Musique MeToo
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants