1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. Marseille : pourquoi la grève des éboueurs est-elle interminable ?
3 min de lecture

Marseille : pourquoi la grève des éboueurs est-elle interminable ?

À Marseille, c'est une troisième grève depuis septembre qui exaspère les riverains, sur fond de bras de fer entre la métropole et des éboueurs.

Des éboueurs (Image d'illustration).
Des éboueurs (Image d'illustration).
Crédit : ERIC PIERMONT / AFP
Marseille : pourquoi la grève des éboueurs est-elle interminable ?
04:55
Etienne Baudu - édité par William Vuillez

À Marseille, c'est le ras-le-bol général face à une nouvelle grève du ramassage des poubelles. Une troisième grève depuis septembre, sur fond de bras de fer entre la métropole et des éboueurs. Alors pourquoi cette question de la collecte des ordures prend de telles proportions à Marseille ?

Dans plusieurs quartiers, les déchets jonchent les trottoirs. Par exemple juste derrière le Vieux Port, dans le très chic VIe arrondissement, certaines petites rues sont délaissées. Les amoncellements de poubelles avec des sacs éventrés s'étalent le long des murs jusque sur la chaussée obligeant Patricia et Anne à faire un écart sur la rue. Deux habitantes excédées par ces grèves à répétition. "C'est d'une crasse, c'est lamentable. C'est horrible, même Naples est plus propre que nous maintenant", disent-elles.

La question du temps de travail a en fait déjà été tranchée. Dans un accord trouvé en octobre, les agents de la collecte ont vu leur temps de travail derrière la benne sensiblement augmenter. Il est passé, en simplifiant, de 3h30 à 5h38 avec une décote de 15% par rapport à la norme en raison de la pénibilité. Si le préfet ne retoque pas l'accord, il pourrait même faire jurisprudence, c'est l'accord le plus avantageux signé en France. Oui mais voilà cet accord a été signé par 4 syndicats, dont la CGT et la FSU mais pas par FO. Et c'est là qu'on touche du doigt la complexité de cette question ici à Marseille, la position historique du syndicat Force ouvrière à la ville et à la Métropole.

Une première déconvenue pour FO

C'est une position dominante, qui remonte loin, à la fin de la Seconde guerre mondiale. Les Américains favorisent en 1945 la création de FO pour faire face ici à la CGT en position de force dans le port, nous rappelle Hervé Nédélec ancien grand reporter à la Provence. "Les syndicats allemands, belges et les syndicats américains vont apporter de l'argent à FO". Or cette série actuelle de grèves pourrait bien changer la donne. 

À lire aussi

En septembre, tout avait bien débuté. FO avait signé un premier accord, mais les autres syndicats n'avaient pas suivi. Une première déconvenue qui en a entrainé d'autres explique Yves Moraine, le négociateur pour la Métropole. "La problématique c'est que FO a passé un accord sur une réduction du temps de travail de 9,5%, s'est aperçu que les agents ne le suivaient pas, est ensuite entré dans une grève. Face à cette incohérence, ça a été le déclic", dit-il. 

Avec en plus un rapport de force qui doucement mais sûrement s'estompe pour FO. Si le syndicat est encore majoritaire à la ville, à la Métropole ce n'est plus le cas avec seulement 38% des voix aux dernières élections professionnelles. Ensemble, les 4 autres syndicats sont désormais majoritaires. 

Un dénouement proche ?

"Aujourd'hui, on pèse 62% dans cet accord. Aujourd'hui, FO continue la grève, pour nous ce n'est pas compréhensible", dit Serge Tavano, le secrétaire général de la FSU. FO se retrouve donc pour la première fois dans une position inconfortable et joue donc les jusqu'au-boutistes alors que la Métropole elle, reste sur ses positions, c'est aussi une première. 

D'ailleurs aucune rencontre n'est pour l'instant prévue. FO qui semble toutefois vouloir lâcher du lest à entendre Patrick Rué son secrétaire général : "On discute maintenant. Aujourd'hui les Marseillais attendent qu'on ramasse les poubelles, et nous on attend que ça. Trouvons cet accord".

On est donc peut-être à un tournant. En septembre, FO signait triomphalement un accord avec la Métropole. 5 mois plus tard, en janvier, elle demande une reprise du dialogue et semble ne plus avoir toutes les cartes en main. La question est de savoir jusqu'où et jusqu'à quand son secrétaire général va-t-il être suivi par ses adhérents.

La rédaction vous recommande
À lire aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/