1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. Magnanville : après le drame, la polémique
1 min de lecture

Magnanville : après le drame, la polémique

Après le meurtre d'un couple de policiers dans les Yvelines, la classe politique française se déchire sur fond de lutte contre le terrorisme.

Une voiture de police à Magnanville, dans la nuit du 13 au 14 juin 2016.
Une voiture de police à Magnanville, dans la nuit du 13 au 14 juin 2016.
Crédit : MATTHIEU ALEXANDRE / AFP
Magnanville : après le drame, la polémique
31:36
micros
La rédaction numérique de RTL

On refait le monde avec :

Hélène Pilichowski, journaliste
Ivan Rioufol, éditorialiste au Figaro
Philippe Besson, écrivain
Christian Menanteau, chroniqueur économique RTL

Philippe Besson déclare qu'il n'est pas certain que grand-chose de bon sorte de la polémique sans fin sur le laxisme présumé des autorités. Gêné par l'instrumentalisation faite par de nombreux responsables politiques, il dénonce une espèce de "concours Lépine" de mesures proposées par les politiques de tous bords. Il tempère les critiques contre le manque d'efficacité de la France en matière de lutte contre le terrorisme en rappelant qu'aucun de ces crimes (l'attaque contre Charlie Hebdo, la prise d'otage de l'Hyper Cacher, les attentats du 13 novembre) ne sont restés impunis. Tous les auteurs de ces actes "sont en prison ou morts".

Pour Ivan Rioufol, nous sommes en état de guerre, il faut donc prendre des mesures de guerre. Selon lui, cet islam radical est fort parce que nous sommes à genoux. De plus, il déplore que les mots de "terrorisme islamiste" ne soient pas prononcés par les membres du gouvernement et François Hollande, tout comme d'après lui Barack Obama après la tuerie d'Orlando. Un certain angélisme est présenté face à l'islam et à ses dérives pour Hélène Pilichowski, même si elle reconnaît qu'il est compliqué d'identifier le danger et qu'il est impossible de mettre un bracelet électronique aux milliers de personnes placées sur le fichier S.

Difficile de s'opposer à des individus prêts à tout

Notre chroniqueur Christian Menanteau avance ensuite l'argument qu'il est de toute façon très difficile de lutter contre des personnes prêtes à faire tout ce qu'il faut pour arriver à leurs fins, citant l'exemple des membres de la Résistance, combattant pour la bonne cause pendant la Seconde guerre mondiale. Il rappelle également que la France bénéficie d'une coopération forte entre la Justice et les services de renseignements, contrairement à la plupart des pays touchés dernièrement par le terrorisme.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/