1 min de lecture Éducation nationale

Lycée Utrillo de Stains : "On a peur pour notre sécurité et celle des élèves"

INVITÉE RTL - Fabienne Giuliani, professeure dans le lycée, raconte les violences "multiples" qui se déroulent aux abords de l'établissement depuis des mois.

Christophe Pacaud L'invité du Grand Soir Christophe Pacaud
>
Lycée Utrillo de Stains : "On a peur pour notre sécurité et celle des élèves" Crédit Image : FRANK PERRY / AFP | Crédit Média : Agnès Bonfillon,Quentin Vinet | Durée : | Date :
La page de l'émission
Agnès Bonfillon
Agnès Bonfillon et Quentin Vinet

Les enseignants du lycée Maurice Utrillo de Stains en Seine-Saint-Denis exercent depuis le 4 avril leur droit de retrait. Ils dénoncent la violence aux abords de l'établissement, le manque de sécurité évident. Agression au hachoir ou au marteau... Ils sont à bout. "On est épuisé, on n'en peut plus. Il y a des collègues qui dorment très mal, d'autres qui ne mangent plus", explique Fabienne Giuliani, professeure d'histoire-géo dans le lycée et représentante du syndicat SUD. 

Ce n'est pas la première fois que les professeurs exercent leur droit de retrait. Ils ont commencé à alerter sur cette situation dès septembre dernier, ont envoyé des communiqués. "On a le sentiment de ne pas être entendu", regrette-t-elle. Selon elle, si le dernier communiqué en date a eu plus de reconnaissance, c'est "peut-être parce qu'il y a beaucoup de problèmes sur le territoire, beaucoup de tensions sur un territoire qui est en train de craquer".

Fabienne Giuliani déplore des violences "multiples" aux abords du lycée. "C'est des tensions parfois entre les cités alentours qui débordent jusque sur le parvis. Des élèves ne sont pas rassurés aux arrêts de tram, mais pas pour venir à pied non plus. Parfois, ils ont été empêchés de rentrer dans l'établissement par des bandes cagoulées", raconte Fabienne Giuliani.  

Une situation devenue intenable et qui explique ce droit de retrait. "On a vraiment peur pour notre sécurité et surtout celle de nos élèves. On attend des réponses claires et fermes de la part du rectorat".

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Éducation nationale Violence Société
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants