1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. Lot : la secte impliquée dans l'enlèvement de Mia veut s'installer dans le département
1 min de lecture

Lot : la secte impliquée dans l'enlèvement de Mia veut s'installer dans le département

Le mouvement "One Nation", qui refuse les autorités judiciaire ou policière, a lancé une cagnotte pour racheter une propriété dans le département.

La commune de Senaillac-Lauzès.
La commune de Senaillac-Lauzès.
Crédit : Capture d'écran Google Street View.
Lot : une secte complotiste s'installe dans le département
01:26
Patrick Tejero - édité par Victor Goury-Laffont

Ils se font appeler "One Nation". Ce mouvement, qualifié de complotiste, vise à vivre en dehors de toute autorité, qu'elle soit judiciaire ou policière. Il a été récemment impliqué dans l'affaire de l'enlèvement de la petite Mia dans l'Est de la France. Ses membres ont lancé une cagnotte pour acheter une grande propriété à 750.000 euros située dans la commune de Sénaillac-Lauzès.

Dans ce village typique aux pierres blondes et aux tuiles plates, on ne parle que de ça. Toni et sa voisine sont très inquiets. "Cela fait peur ! En en discutant, on a l'impression que ça ne fait pas plaisir", réagit le premier. Sa voisine aurait "préféré que ce soit une ferme ou une installation agricole".

"Des choses un peu bizarres"

Christophe Benac, le maire du village, dénonce ces "gens qui refusent de scolariser les enfants et qui sont contre toutes les lois françaises. Ils veulent se retirer et se mettre en marge de la société". Il craint que "des choses un peu bizarres" aient lieu au sein du camp, sans que la commune ne le sache. 

Ce domaine est à cinq kilomètres du village. Les voisins les plus proches, comme Camille et Guillaume, sont à plus d'un kilomètre à vol d'oiseau. "Il y a pas mal de bâtiments, note-t-il, Je leur souhaite bien du courage, puisque rien que ça à retaper, c'est pas mal".

À lire aussi

Pour l'instant, le mouvement One Nation n'a recueilli que 30% des 750.000 euros nécessaires à l'achat, ou plutôt, selon eux, à la "libération" de ces 200 hectares destinés à devenir un "laboratoire d'expérimentation libre".

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/