1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. Lille : kinésithérapeute et non-voyante, elle impressionne patients et collègues
2 min de lecture

Lille : kinésithérapeute et non-voyante, elle impressionne patients et collègues

REPORTAGE - Au sein de l’hôpital pédiatrique Jeanne de Flandre à Lille, Anne Sophie Centis, qui a perdu la vue, a su se faire accepter et épate autant les patients que ses collègues par sa force de caractère.

Non-voyante, Anne Sophie Centis travaille en tant que kinésithérapeute à l’hôpital pédiatrique Jeanne de Flandre à Lille
Non-voyante, Anne Sophie Centis travaille en tant que kinésithérapeute à l’hôpital pédiatrique Jeanne de Flandre à Lille
Crédit : Franck Antson/RTL
Lille : une kinésithérapeute non-voyante au secours des patients
03:04
Franck Antson - édité par Quentin Marchal

Anne-Sophie Centis est une soignante hors normes. Cette kinésithérapeute de 37 ans, travaillant à l’hôpital pédiatrique Jeanne de Flandre à Lille est non-voyante et affiche une formidable force de caractère.

Avec sa blouse blanche et son large sourire toujours accroché au visage, Anne-Sophie se déplace avec une canne pliante pour se repérer dans les couloirs de l’hôpital sans ralentir, malgré sa déficience visuelle. "Je ne suis pas une kiné aveugle mais une kiné pas comme les autres", affirme-t-elle.

C’est à l’âge de 20 ans qu’Anne-Sophie, née avec une maladie, a totalement perdu la vue, mais par sa force de caractère, toujours motivée et soutenue par son entourage familial, elle est parvenue à intégrer le milieu hospitalier. Ce jour-là, elle pratique les soins sur un bébé qui souffre de bronchiolite. Sa main sur le ventre pour l’apaiser et son sens de l’orientation forcent le respect. 

Anne-Sophie Centis avec l'un de ses jeunes patients, dans le service de réanimation pédiatrique
Anne-Sophie Centis avec l'un de ses jeunes patients, dans le service de réanimation pédiatrique
Crédit : Franck Antson/RTL

Toujours très concentrée Anne-Sophie s’y retrouve toujours avec les câbles des machines. "Je me dois d'être toujours hyper concentrée dans ce que je fais parce que je n'ai pas la vue, il y a un sens manquant et ça j'en suis tout à fait consciente, donc j'ai toujours considéré que c'était à moi de m'adapter", explique-t-elle.

Une "kiné en or avec des sens bien plus développés"

À lire aussi

Aux côtés des parents des malades, cette soignante nordiste sait inspirer la confiance. "Elle est très forte" se réjouit un père de famille. Mère de deux petits garçons, Anne-Sophie Centis a su se faire accepter dans l'hôpital comme l'explique Caroline Leconte, l'une des cadres de santé : "L'ensemble du personnel de la réanimation des soins pédiatriques la perçoit comme une kiné en or avec des sens bien plus développés".

Anne-Sophie n'a pas la vue mais elle n'est jamais perdue au milieu des machines respiratoires. Elle a su instaurer la confiance auprès des parents.
Anne-Sophie n'a pas la vue mais elle n'est jamais perdue au milieu des machines respiratoires. Elle a su instaurer la confiance auprès des parents.
Crédit : Franck Antson/RTL

Avec juste une petite perception lumineuse, Anne-Sophie est assez autonome dans les services et même à l’extérieur. Elle a aussi décidé de reprendre des études à l’université afin d'envisager, un jour, de pouvoir donner des cours dans une école. "À partir du moment où je me suis dis qu'il fallait que j'arrête d'être triste et qu'il faut que j'avance, j'ai trouvé des solutions", raconte la soignante.

Anne-Sophie Centis se cogne encore parfois dans les couloirs de l’hôpital lillois, mais la jeune femme a appris, durant son existence, à savoir surmonter les obstacles les uns après les autres.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/