3 min de lecture Médias

Liberté de la presse : ce qu'il faut retenir du rapport de Reporters sans frontières

Attaques anti-médias, fausses informations, répression... Reporters sans frontières s'alarme dans son rapport 2017 de la situation "difficile" des médias.

Des journalistes sur le terrain (illustration)
Des journalistes sur le terrain (illustration)
ClaireGaveau
Claire Gaveau
et AFP

"Jamais la liberté de la presse n'a été aussi menacée". Le rapport annuel de Reporters sans frontières est des plus alarmants. La liberté de la presse connaît une situation "difficile" ou "très grave" dans 72 pays (sur 180 recensés), dont la Chine, la Russie, l'Inde, presque tous les pays du Moyen-Orient, d'Asie centrale et d'Amérique centrale, ainsi que les deux tiers des pays d'Afrique. 

Au total, la presse ne serait libre que dans une cinquantaine de pays, notamment en Amérique du nord, en Europe, en Australie et dans le sud de l'Afrique. Des chiffres qui inquiètent alors que l'organisation évoque un "risque de grand basculement" de cette situation.

La Filande perd La Norvège domine,

Selon le classement de cette année 2017, la Norvège est le pays avec le plus de libertés concernant les médias. "La violence à l’égard des journalistes et des médias est rare, bien que, ces dernières années, certains d’entre eux aient subi des menaces émanant de fondamentalistes islamistes", explique RSF sur son site internet. Le pays européen devance la Suède, et la Finlande, qui rétrograde de deux places après six ans de leadership. Le Danemark, les Pays-Bas, la Suisse, la Belgique ou encore l'Islande font également office de très bons élèves.

À lire aussi
Le président américain Donald Trump, le 15 septembre 2018 États-Unis
VIDÉOS - Donald Trump s'énerve contre un journaliste de CNN

Sur les dix premiers pays, seuls deux ne sont pas européens : le Costa-Rica (6e) et la Jamaïque (8e). Un constat similaire si l'on regarde les 20 premières places alors que seuls trois autre pays s'intercalent au milieu des nations européennes : la Nouvelle-Zélande (13e), l'Australie (19e) et le Suriname (20e).

La Corée du Nord en queue de peloton

En bas du classement, la Corée du Nord ferme la marche à la 180e place. Si l'Érythrée était l'habitué de la dernière place depuis 2007, le pays africain grimpe d'une place et cède son bonnet d'âne à la Corée du Nord. "Sous Kim Jong-un, au pouvoir depuis 2012, le régime totalitaire nord-coréen continue de maintenir la population dans l’ignorance. Le simple fait d’écouter une radio basée à l’étranger peut valoir un séjour en camp de concentration", détaille RSF. À noter que la Syrie (177e) est classée juste derrière la Chine (176e) et le Vitenam (175e). 

La Turquie, où le président Recep Tayyip Erdogan a "résolument basculé du côté des régimes autoritaires" pour devenir "la plus grande prison au monde pour les professionnels des médias", recule de 4 places et se situe dorénavant en 155e position.

La France grimpe de 6 places

La France, pour sa part, gagne six places et remonte de la 45e à la 39e place. Un bon résultat qui résulte cependant d'un simple effet mécanique après une année 2015 marquée par la tuerie de Charlie Hebdo. Néanmoins, les critiques sont nombreuses de la part de RSF qui évoque un "climat violent et délétère", avec des attaques verbales contre "les médias menteurs" pendant la campagne présidentielle "où il devient normal d'insulter les journalistes, de les faire siffler et huer lors de meetings".

L'ONG dénonce aussi les pressions du groupe Vivendi de Vincent Bolloré sur ses médias, comme la "déprogrammation d'une enquête sur le Crédit Mutuel dirigé par l'un de ses amis", la suppression d'émissions ("Zapping" et "Spécial Investigation") sur Canal+ ainsi que le long conflit social à iTÉLÉ l'an dernier, à l'issue duquel une centaine de journalistes sont partis.

Partout où le modèle de l'homme fort et autoritaire triomphe, la liberté de la presse recule

RSF
Partager la citation

Pour l'ONG, "l'obsession de la surveillance et le non respect du secret des sources contribuent à faire glisser vers le bas de nombreux pays considérés hier comme vertueux". Parmi les exemples cités : les États-Unis (43e, -2 places), le Royaume-Uni (40e, -2), le Chili (33e, -2) ou encore la Nouvelle-Zélande (13e, -8). "L'arrivée au pouvoir de Donald Trump aux États-Unis et la campagne du Brexit au Royaume-Uni ont offert une caisse de résonance au 'médias bashing' et aux fausses nouvelles", déplore RSF qui assure que "partout où le modèle de l'homme fort et autoritaire triomphe, la liberté de la presse recule".

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Médias Presse
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7788300744
Liberté de la presse : ce qu'il faut retenir du rapport de Reporters sans frontières
Liberté de la presse : ce qu'il faut retenir du rapport de Reporters sans frontières
Attaques anti-médias, fausses informations, répression... Reporters sans frontières s'alarme dans son rapport 2017 de la situation "difficile" des médias.
https://www.rtl.fr/actu/debats-societe/liberte-de-la-presse-rapport-reporters-sans-frontieres-7788300744
2017-04-26 18:44:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/iVe7yIYl3UhMnzoUYpfzGg/330v220-2/online/image/2017/0426/7788302227_des-journalistes-sur-le-terrain-illustration.jpg