1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. LGV Paris-Bordeaux : "Au minimum 1h02 de moins qu'aujourd'hui"
1 min de lecture

LGV Paris-Bordeaux : "Au minimum 1h02 de moins qu'aujourd'hui"

INVITÉ RTL - La ligne à grande vitesse sera inaugurée ce 28 février par François Hollande en Charente. Stephan de Fay (Bordeaux-Euratlantique) revient sur cette prouesse.

Un TGV de la SNCF en gare de Bordeaux le 9 juillet 2012 (illustration).
Un TGV de la SNCF en gare de Bordeaux le 9 juillet 2012 (illustration).
Crédit : AFP / LOIC VENANCE
LGV Paris-Bordeaux : "On mettra au minimum 1h02 de moins qu'aujourd'hui"
05:12
Carpentier-795x530
Stéphane Carpentier

Les travaux de la ligne à grande vitesse Tours-Bordeaux ont pris fin. Les premiers trains de voyageurs ne circuleront qu'à partir du 2 juillet, mais l'inauguration de la ligne, par François Hollande, a lieu ce mardi 28 février en Charente. Avec cette LGV les trajets Paris-Bordeaux n'auront jamais été aussi rapides. "Le 2 juillet prochain, on mettra au minimum 1h02 de moins qu'aujourd'hui", se félicite Stephan de Fay, directeur général de l'Établisement public d'aménagement de Bordeaux-Euratlantique. Terminés les 3h15 de trajet actuels, place à seulement 2 heures.

"On va vivre ce que Lyon a vécu au début des années 1980 : une contraction du temps absolument phénoménale qui fait que l'on pourra aller à Paris le temps d'un déjeuner, le temps d'un rendez-vous, alors qu'aujourd'hui c'est quand même quelque chose qui est lourd et pénible", reconnaît Stephan de Fay. 

L'objectif est de rendre la ville de Bordeaux attractive, comme c'est le cas pour Nantes ou Lyon, "tout en étant prudent sur le fait que réduire le temps ne suffit pas à rendre une ville attractive. C'est un atout de plus, mais à soi tout seul, ça ne fait pas de miracle", nuance-t-il. 

Bordeaux-Euratlantique a vu le jour "pour que l'arrivée de la LGV ne se passe pas au milieu de friches, comme c'était le cas avant, comme c'était le cas dans beaucoup de villes françaises qui ont connu cette situation. Marseille en est aussi un exemple", explique Stephan de Fay. 

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/