1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. Le tribunal administratif suspend les travaux du Center Parcs de Roybon
1 min de lecture

Le tribunal administratif suspend les travaux du Center Parcs de Roybon

Quatre recours étaient examinés par la justice contre le projet. La construction de ce site implique un défrichement de 200 hectares de forêt, qui pourrait entraîner la destruction d'une cinquantaine d'espèces protégées.

Sur le chantier du Center Parcs de Roybon, les zadistes jouent au chat et à la souris
Sur le chantier du Center Parcs de Roybon, les zadistes jouent au chat et à la souris
Crédit : AFP / Archives, Philippe Desmazes
Charline Buda & AFP

Le tribunal administratif de Grenoble a tranché : les travaux du Center Parcs de Roybon, en Isère, ont été suspendus. Quatre recours contre le projet avaient été déposés par des associations de défense de l'environnement, et étaient examinés par la justice depuis le 18 décembre dernier.

Dans le viseur de la justice, deux arrêtés préfectoraux : l'un d'eux autorisait le projet, au titre de la loi sur l'eau, et les trois autres permettaient le défrichement de la forêt de Chambaran sur 200 hectares, qui aurait entraîné la destruction d'une cinquantaine d'espèces protégées et de leur habitat. Seulement le premier a été suspendu par le juge des référés, ce qui suffit à arrêter les travaux.

Le juge a considéré qu'un doute existait "quant à la suffisance des mesures prévues par l'arrêté pour compenser la destruction de zones humides qu'entraînera la réalisation du projet". Les opposants estimaient qu'aucune mesure compensatoire n'était prévue pour reloger les espèces protégées après la destruction de leur habitat naturel, et notamment les espèces marines. 

De même, le juge a "considéré qu'un doute existait sur la légalité" du premier arrêté, "en raison de l'absence de saisine de la Commission nationale du débat public sur le projet de "Center Parc", laquelle est obligatoire pour les équipements touristiques dont le coût estimatif excède 300 millions d'euros". Les associations hostiles au projet avaient dénoncé le manque de consultation du public sur les travaux.

À lire aussi

En revanche, le juge des référés a rejeté les trois recours visant l'arrêté préfectoral du 16 octobre 2014 autorisant la destruction d'espèces protégées et de leurs habitats, en estimant qu'aucun doute sérieux ne pesait sur sa légalité. 

Déjà 40 hectares de forêt ont été défrichés depuis le 20 octobre. Les travaux sont bloqués depuis début décembre par des militants "zadistes", qui occupent une maison à proximité du site. La construction du site Center Parcs pourrait permettre la création de 468 emplois équivalent à temps plein.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/