1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. Les infos de 5h - Coronavirus en Île-de-France : "On va être submergé", prévient une soignante
2 min de lecture

Les infos de 5h - Coronavirus en Île-de-France : "On va être submergé", prévient une soignante

REPORTAGE - À l'hôpital Robert Ballanger d'Aulnay-Sous-Bois, les services de réanimation sont saturés. Les soignants demandent le confinement.

Les soignants prennent en charge un patient infecté par le coronavirus à l'hôpital Tenon à Paris, le 26 janvier 2021.
Les soignants prennent en charge un patient infecté par le coronavirus à l'hôpital Tenon à Paris, le 26 janvier 2021.
Crédit : ALAIN JOCARD / AFP
Le journal RTL de 5h du 11 mars 2021
08:13
Les infos de 5h - Coronavirus en Île-de-France : "On va être submergé", prévient une soignante
08:13
Julien Sellier

Toujours pas de confinement prévu samedi et dimanche en Île-de-France. Et pourtant, la Seine-Saint-Denis et le Val-de-Marne sont sur le podium des pires taux d'incidence de France. Services de réanimation saturés à 90%, quasiment la moitié des activités déprogrammées, le gouvernement annonce donc des évacuations sanitaires de malades.

Depuis 2 semaines, le service de réanimation à l'hôpital Robert Ballanger d'Aulnay-Sous-Bois (Seine-Saint-Denis) tourne à flux tendu. Il doit transférer tous les jours des malades vers Paris, et refuser des admissions au Samu, faute de place. "Ici vous avez le secteur covid et là on a des malades qui sont actuellement très très graves", décrit Alexandre Avenel, médecin réanimateur : "Là, vous avez un monsieur de 57 ans qui n'a pas d'antécédent si ce n'est un diabète de type 2 bien traité. Et vous voyez comme moi qu'il est sur le ventre ventilé très difficilement. Là, on a monsieur de 65 ans qui est ventilé, entubé, excessivement grave. Je ne devrais pas le dire mais je pense qu'il ne va pas s'en sortir."

"On vient de faire le service ensemble, vous voyez qu'il n'y a aucun malade qui ne va libérer de lit. Ce qui veut dire que demain, le collègue qui va prendre la garde n'aura pas de nouveau lit covid disponible. Quand vous regardez les chiffres de Dunkerque ou du Nord, ils sont en-dessous de nous en taux d'incidence, pourquoi y a-t-il deux poids deux mesures ?", questionne le médecin.

Car de nouvelles restrictions sont pour l'instant exclues en Île-de-France. D'où l'incompréhension de Nadia, aide-soignante : "De mon point de vue, ça m'énerve. Je me demande pourquoi ils ne confinent pas. Si on ne confine pas les week-ends ou tout court, on va être submergé. Seulement, nous on est tellement épuisés qu'on se dit que si on repart sur la même galère qu'en mars dernier, on ne va pas pouvoir gérer". 

À lire aussi

Une inquiétude partagée par tous les soignants de ce service de réanimation, dont une partie n'a toujours pas pu prendre de vacances depuis la première vague. Sur le plan national, le cap des 4.000 patients en réanimation se rapproche, un niveau similaire à fin novembre 2020.

À écouter également dans ce journal

Meurtre d'Alisha - Le couple d'adolescents de 15 ans suspecté d'avoir tué Alisha, 14 ans sur fond de harcèlement, est mis en examen par le parquet pour assassinat. C'est la préméditation froide et méthodique qui leur vaut cette qualification. 

Coronavirus - L'Europe devrait autoriser un troisième vaccin contre le coronavirus ce jeudi, le Johnson&Johnson, qui ne demande qu'une seule injection. D'après les concepteurs il est efficace à 66% en général et 85% contre les formes graves.

Ligue des champions - Le PSG s'est qualifié pour les quarts de finale de la Ligue des champions en faisant match nul contre le FC Barcelone (1-1). Le gardien parisien Keylor Navas a notamment arrêté un penalty de Lionel Messi.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/