2 min de lecture Société

Les inégalités territoriales s'aggravent en France

INFOGRAPHIE - Un document publié le 7 juillet par un organisme rattaché au gouvernement montre que les inégalités territoriales se sont creusées depuis 2000.

Un document publié jeudi 7 juillet par France Stratégie, l'organisme de réflexion et d'expertise rattaché au ­premier ministre, montre que les inégalités territoriales se sont creusées entre 2000 et 2013.
Un document publié jeudi 7 juillet par France Stratégie, l'organisme de réflexion et d'expertise rattaché au ­premier ministre, montre que les inégalités territoriales se sont creusées entre 2000 et 2013. Crédit : Capture d'écran CartoDB
Camille Kaelblen
Camille Kaelblen
Journaliste

Tous égaux, les Français ? Si la devise de la République le garantit au moins en droit, les indicateurs sociaux et économiques, eux, sont bien moins éloquents. Le 7 juillet, France Stratégie, un organisme de réflexion rattaché au cabinet du Premier ministre, a publié un document qui synthétise l'évolution des inégalités territoriales en France ente 2000 et 2013. Verdict : bien loin d'avoir disparu, celles-ci se sont au contraire aggravées.

Premier constat : les inégalités continuent de se creuser entre grandes villes et petites communes. Les métropoles, et Paris en particulier, concentrent les populations qualifiées, l'activité à haute valeur ajoutée ou encore le pouvoir d'achat. Conséquence directe de cette accumulation de critères de richesse : le PIB par habitant y est en moyenne 50% plus élevé que dans le reste du pays. Les aires urbaines de plus de 500.000 habitants rassemblent ainsi 40% de la population française et drainent 55% de la masse salariale totale. 

De l'autre côté du spectre, les communes de moins de 20.000 habitants ne concentrent que 12% de la population totale... et 6% des salaires versés dans toute la France.

Des inégalités entre les villes elles-même

Des inégalités existent également au sein des aires urbaines. Entre 2007 et 2012, certaines ont connu une augmentation rapide de l'emploi - c'est le cas de Rennes, Nantes, Bordeaux, Toulouse et Lyon - tandis que d'autres ont vu leur taux d'emploi baisser - Douai-Lens, Rouen, Strasbourg, Nice, Toulon.

L'aggravation des inégalités entre les régions du Nord-Est et du Sud-Ouest

À lire aussi
Le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin à l'Assemblée nationale police
Les infos de 7h30 - Loi "sécurité globale" : Gérald Darmanin ne s'avoue pas vaincu

Dans les régions du Nord et de l'Est, le décrochage continue. Principale cause identifiée par le rapport, une rapide désindustrialisation, qui n'a pas été suivie par une réorientation vers des emplois de services. En 2000, les régions du Sud et de l'Ouest de la France enregistraient un PIB par habitant 3,5% plus élevé que dans les régions du Nord et de l'Est. 13 ans plus tard, ce chiffre est passé à 9,5%.

Face à un tel bilan, l'organisme en charge de l'étude s'interroge sur le bien-fondé des politiques d'aménagement traditionnelles, qui "ont longtemps cherché à redynamiser par l'investissement les territoires en déclin". Selon le commissaire général de France Stratégie, Jean Pisani-Ferry interrogé par Le Monde, "il faut miser sur la dynamique de métropolisation, on n’a pas le choix, même si elle est douloureuse pour les territoires", estime-t-il. En d'autres termes, continuer à investir dans les métropoles. 

Autre piste évoquée par l'étude : offrir à chaque région davantage d'autonomie dans sa gestion de l'offre de services, à condition qu'elle soient autonomes en termes de fiscalité et qu'elles s'engagent à corriger les inégalités. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Société Infographie Cartographie
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants