4 min de lecture Festival

Les festivals sont devenus trop sages et trop propres

REPLAY - Le journal "20minutes" remarque que les festivals s'assagissent et sont devenus des temples de la culture bobo.

Revue de Presse - La Revue de Presse Amandine Bégot iTunes RSS
>
Les festivals sont devenus trop sages et trop propres Crédit Image : Cécile de Sèze / RTL.fr | Crédit Média : Adeline François | Durée : | Date : La page de l'émission
Adeline François
Adeline François
Journaliste RTL

Ce matin dans la presse, entrer dans la norme. C'est une toute petite capsule que l'on ingère et que l'on oublie, une pilule connectée, Bodycap. Elle permet de suivre en temps réel l'évolution de sa température corporelle. À terme, elle nous donnera aussi notre rythme cardiaque, notre temps de sommeil, la qualité de nos rêves. Les premiers à l'avoir testée sont les footballeurs de Nantes lors des deux dernières journées du championnat de Ligue 1. L'objectif était de maximiser leur récupération. L'avenir de notre santé, de notre bien-être, résiderait donc dans ce minuscule objet connecté auquel s'intéresse le magazine Usbek & Rica dans un dossier passionnant intitulé Interdit d'être gros et moche.

Car, cette capsule n'est qu'un des milliards d’objets connectés qui ont envahi la planète pour devenir les supers assistants de nos vies et mesurer chacune de nos performances. Aux États-Unis on appelle ça le "quantified self", littéralement le soi quantifié. Et tant pis pour les moches et les obèses, grands perdants de cette société pasteurisée. Car c'est bien le spectre d'un diktat du bien-être qui se profile. Par exemple, quand des entreprises commencent à équiper leurs employés d'objets connectés, quand les assureurs ou les mutuelles proposent toutes sortes de capteurs et veulent accéder à nos données de santé. Qu'arrivera-t-il à ceux qui ne seront pas en bonne santé, pas minces ?

On peut leur redonner un peu d'espoir en lisant cet article du Figaro qui nous apprend ce matin qu'un "léger surpoids n'est pas forcément mauvais". Des chercheurs danois ont analysé le taux de mortalité des personnes en fonction de leur indice de masse corporelle, le fameux IMC. L'idéal, la norme à ne pas dépasser, c'est 25. Mais, les scientifiques ont découvert que la mortalité la plus basse était celle des IMC 27, c'est-a-dire des personnes en surpoids. Ça n'a rien de miraculeux, c'est juste que depuis 30 ans on les surveille davantage pour qu'elles ne deviennent pas obèses et qu'elle reste dans la norme.

La norme des vacances

Est-ce que la norme, c'est de partir ?  Deux Unes opposées ce matin. Celle du Parisien/Aujourd'hui en France, qui s'exclame "Enfin les vacances". Jolie photo d'une petite famille en train de mettre ses valises dans le coffre, "un Français sur deux partira cet été", dit le journal. De l'autre côté, il y a la Une avec le Français sur deux qui ne part pas. C'est la Une de l'Huma, sur la photo, des transats sur une plage... au pied d'une barre d'immeuble. "Aides aux vacances, trop de familles restent à l'écart". En fait, même les aides ne s'adressent pas à eux, les chèques vacances, les primes du comité d'entreprise, c'est par définition pour les salariés, ce sont les aides les plus importantes.

À lire aussi
Le public des Eurockéennes de Belfort le 6 juillet 2019 festival
Eurockéennes de Belfort : un festivalier condamné pour agression sexuelle

Et puis il y a le frein psychologique. "Pour ceux qui ne sont jamais partis, les vacances peuvent être vues comme une prise de risque, un saut dans l'inconnu, on ne maîtrise pas son budget, on a peur du regard des autres" explique un sociologue. D'où l'importance du premier départ qui peut jouer le rôle de déclic et des aides à ce premier départ.

Un voyage en train

Un voyage raconté par Le Figaro. C'était lundi soir dans un train entre Calais et Paris. Pas pour des vacances, mais pour le boulot. Emmanuel Macron, de retour d'un déplacement dans le nord se livre à quelques confidences. "Je ne me résous pas à ce que ceux qui s'opposent au système aillent vers le Front national" dit le ministre de l'Économie. "Moi quand je vais chez le docteur et qu'il se contente de me donner des cachets, je ne les prends pas. En revanche, s'il m'explique la douleur, ses causes et le moyen de la résorber, je sais que c'est un bon médecin. En politique c'est pareil. On nous donne les mêmes pilules depuis 35 ans et personne ne les prend !" Au passage le docteur Macron égratigne le système des primaires "C'est la preuve du faible leadership de chaque côté".

À droite pendant ce temps, l'écart se resserre entre Juppé et Sarkozy dans le sondage que RTL vous a dévoilé ce matin. "Sarkozy sur tous les fronts pour capitaliser sur son rebond" titrent Les Échos avec les confidences d'un juppéiste cette fois : "Le style de Sarkozy, son énergie, en font un bon candidat en période de crise. Nous, nous attacherons à montrer qu'il est une machine à gagner les élections mais à planter un quinquennat".

"Nicolas Sarkozy va profiter de l'été pour mûrir sa candidature qu'il lancera fin août", affirme Le Parisien sous le titre "Sarkozy, l'été du fauve". "Le Fauve", surnom que lui a donné sa garde rapprochée. "L'été va lui être bénéfique, on va voir un homme en pleine possession de ses moyens qui fait du vélo, du sport", confie un proche. Eh oui c'est la norme de la société pasteurisée !

Une norme qui touche aussi les festivals

C'est 20minutes qui se posent la question ce matin : "Mais où sont passés les vrais festivals bien crades ?". Ces festivals dont on revient sale, fatigué, mais heureux. Oubliez la boue et la mauvaise haleine, la standardisation bobo est passée par là. Désormais, on vous offre des bouchons d'oreille a l'entrée, des cours de yoga au réveil, des stands de sensibilisation aux pratiques éco-responsables.

Les Eurockéennes de Belfort qui commencent aujourd’hui sont désormais "un festival citoyen et engagé". Garorock dans le sud-ouest va proposer "une Chill zone avec un barbier et un stand pour créer sa couronne de fleurs". Le festival Terres du son à Tours propose lui des temps d'échange dans un éco-village. Tout ça est devenu trop sage et trop propre. Mêmes les Vieilles Charrues, valeur sûre du festival craspouek s'y mettent, en demandant cette année aux festivaliers de ne pas se soulager sur les clôtures. Bande de rabat-joie.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Festival Musique Culture
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7783924025
Les festivals sont devenus trop sages et trop propres
Les festivals sont devenus trop sages et trop propres
REPLAY - Le journal "20minutes" remarque que les festivals s'assagissent et sont devenus des temples de la culture bobo.
https://www.rtl.fr/actu/debats-societe/les-festivals-sont-devenus-trop-sages-et-trop-propres-7783924025
2016-07-01 10:20:21
https://cdn-media.rtl.fr/cache/mQibibMWxEmJNbrPsuQVZQ/330v220-2/online/image/2016/0701/7783925867_des-couronnes-de-fleurs-en-preparation-pour-ajouter-un-brin-de-nature-dans-les-cheveux-des-festivaliers-de-we-love-green.jpg