2 min de lecture Égalité hommes-femmes

Les entreprises modestes aussi sexistes que celles du CAC 40

Avant la Journée internationale du droit des femmes, le 8 mars, une étude pointe les inégalités qui règnent dans le monde de l'entreprise.

L'Eco and You - Martial You L'éco and You Martial You iTunes RSS
>
Entreprises : le numérique aussi sexiste que le CAC 40 Crédit Image : Claudio Scott / Pixabay | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
L'Eco and You - Martial You
Martial You édité par Maxime Magnier

Si on a beaucoup parlé de l'éviction, à la tête d'Engie, il y a quelques semaines, d'Isabelle Rocher, seule dirigeante du CAC 40, on aurait pu penser que dans les entreprises plus modestes, les PME, les Entreprises de taille intermédiaire (ETI), une meilleure place serait laissée aux femmes. Il n'en est rien.

Les petites structures ont sans doute moins de réserves, il faut le croire, de talents féminins, puisqu'on ne retrouve que 7% de dirigeantes (PDG ou Directrices générales), dans les entreprises non cotées, contre 15% en moyenne dans l'ensemble du monde économique, d'après une enquête signée Boston Consulting Group et France Invest

L'étude a passé au crible 5.000 entreprises non cotées qui brassent 200 milliards d'euros de chiffre d'affaires. Des PME, des startups, des entreprises internationales qui lèvent de l'argent, mais qui ne sont pas sur les marchés : pas à la bourse, pas sur le CAC40 ou le SBF120.

5% des startups fondées par une femme

On constate que 55% des femmes qui font partie d'un conseil d'administration sont Directrices des Ressources humaines ou au Marketing, qui ne sont pas les postes qui destinent à devenir patron ou patronne. Et même quand vous avez une Directrice générale ou une Présidente, et bien, elle ne diversifie pas ses collaborateurs : dans un conseil d'administration dirigé par un homme, vous avez 70% d'hommes. Dans un conseil d'administration dirigé par une femme, vous avez 69% d'hommes. Il n'y a pas de brassage, pas d'émergence de nouveaux talents féminins.

À lire aussi
Monseigneur Emmanuel Gobillard, évêque auxiliaire de Lyon, célèbre la messe le dimanche 24 mai 2020 en la cathédrale de Lyon religions
Lyon : Anne Soupa, candidate pour devenir la première femme archevêque

Le nouveau monde n'est pas moins misogyne que l'ancien monde. Depuis 2008, il n'y a que 5% des startups qui ont été fondées par une femme, et 15% par un binôme homme/femme. Et ça va avoir du mal à changer, car, en plus, on constate qu'une startup dirigée par une femme lève 30% d'argent de moins qu’une startup créée par un homme. 

Et plus l'investissement est gros, plus l'écart se creuse. Une explication toute bête est peut-être dans cette statistique : la moitié des 29 plus gros fonds d'investissement qui mettent de l'argent dans les startups n'ont aucune femme parmi leurs associés. Et c'est complètement aberrant, parce qu'il est prouvé année après année, et notamment en période de crise économique, qu'investir dans une entreprise dirigée par une femme rapporte 2,5 fois plus que la même société fondée par un homme.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Égalité hommes-femmes Activité économique Entreprises
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants