1 min de lecture Attentats à Paris

Les deux kamikazes du Bataclan ne devaient pas se faire sauter, selon le patron de la BRI

L’actionnement de leurs ceintures d'explosifs ressemblerait plutôt à un accident, estime Christophe Molmy.

Le Bataclan a été le théâtre de l'attaque la plus sanglante avec un bilan provisoire de 82 morts vendredi 13 novembre 2015
Le Bataclan a été le théâtre de l'attaque la plus sanglante avec un bilan provisoire de 82 morts vendredi 13 novembre 2015 Crédit : FRANCOIS GUILLOT / AFP
Édouard Nguyen

Selon le commissaire Christophe Molmy, patron de la Brigade de recherches et d'intervention (BRI), deux des trois kamikazes du Bataclan n'avaient pas prévu de mourir. Christophe Molmy revient sur les attentats de Paris dans Marianne et explique que les terroristes, retranchés dans les locaux techniques du Bataclan, n'étaient peut-être pas là pour mourir : leurs ceintures d'explosif ne devaient être actionnées qu'en dernier recours. 

Ainsi, les terroristes de l'État islamique auraient eu l'intention de partir du Bataclan pour peut-être viser un autre établissement. En tout cas, l’actionnement de leurs ceintures d'explosifs ressemble plutôt à un accident, c'est ce que révèle Christophe Molmy, le patron de la BRI à Marianne jeudi 19 novembre. Les terroristes avaient des moments plus opportuns pour causer plus de morts encore, que ce soit des otages ou des policiers.

En effet, lors de l'intervention de la BRI, l'homme raconte que les deux policiers qui tenaient le bouclier, en première ligne, n'avaient pas vu une petite marche et auraient donc buté, perdant leur attention quelques instants. L'un des deux policiers auraient alors vu une ombre au fond du couloir et aurait tiré. Ce tir aurait alors surpris le terroriste faisant exploser la partie ventrale de sa ceinture explosive. Enfin, le deuxième homme aurait préféré se faire sauter plutôt que de se rendre. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Attentats à Paris Daesh Bombe
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants