1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. Abeilles : les apiculteurs s'alarment de l'autorisation de nouveaux insecticides
2 min de lecture

Abeilles : les apiculteurs s'alarment de l'autorisation de nouveaux insecticides

L'Agence nationale de sécurité sanitaire a autorisé le 27 septembre deux insecticides à base de sulfoxaflor.

 L'Union nationale de l'apiculture française s'alarme de l'autorisation de deux pesticides contenant des néonicotinoïdes, substances nuisibles pour les abeilles.
L'Union nationale de l'apiculture française s'alarme de l'autorisation de deux pesticides contenant des néonicotinoïdes, substances nuisibles pour les abeilles.
Crédit : PHILIPPE HUGUEN / AFP
Marie Zafimehy & AFP

Le sulfoxaflor est-il dangereux pour les abeilles ? Le 27 septembre dernier, l'Agence nationale de sécurité sanitaire (ANSES) a autorisé la commercialisation en France du Closer et du Transform, deux insecticides contenant cette nouvelle molécule. Mais selon l'Union nationale de l'apiculture française (Unaf) le sulfoxaflor est un néonicotinoïde, substance neurotoxique responsable de la disparition des abeilles

Problème selon l'Unaf : cette décision va à l'encontre de l'interdiction des pesticides néonicotinoïdes prévue pour septembre 2018. "On va remplacer les néonicotinoïdes qu'on va supprimer par un nouveau néonicotinoïde", résume Gilles Lanio, président de l'organisation qui a lancé une pétition en ligne en collaboration avec l'association Agir pour l'environnement.

Mais pour l'ANSES, le Closer et le Transform, fabriqués par la firme Dow AgroSciences, le sulfoxaflor "n'est pas un néonicotinoïde". "Il appartient à une nouvelle famille chimique, les sulfoximines, qui est différente de celle des néonicotinoïdes", a déclaré à l'AFP Benoît Dattin, le responsable marketing et communication de Dow AgroSciences.

Le sulfoxaflor, néonicotinoïde aux États-Unis

Selon l'Unaf, le sulfoxaflor a toutefois "le même mode d'action que les autres néonicotinoïdes". "Une fois absorbée par la plante, (la molécule) circule dans son système vasculaire jusque dans ses parties florales, et donc le pollen et le nectar". 

À lire aussi

Comme rapporté par Reuters, le sulfoxaflor a été classé comme néonicotinoïde par la Cour d'appel de San Francisco en septembre 2015. Mais en France selon Gilles Lanio, le ministère de l'Agriculture "estime que ce n'est pas un néonicotinoïde" même s'"il agit pareil". 

Selon Benoît Dattin de Dow AgroSciences, le sulfoxaflor est homologué dans 43 pays, dont les Etats-Unis sur certaines cultures. "Il cible uniquement les insectes piqueurs-suceurs" comme les pucerons ou les cochenilles, explique-t-il. "En respectant les doses homologuées et les précautions d'emploi, il n'y a aucun risque pour les abeilles".

Un appel à Nicolas Hulot

Depuis 2013, l'Union européenne a restreint l'usage des trois principales substances néonicotinoïdes pour les cultures à fleurs mais pas pour les céréales d'hiver. En France, la loi sur la biodiversité de 2016 interdit les néonicotinoïdes à partir du 1er septembre 2018, mais des dérogations seront possibles jusqu'au 1er juillet 2020, au cas par cas. Le décret d'application, promis pour début août 2017 par Nicolas Hulot, n'est pas encore paru. 

Les apiculteurs appellent le ministre de la Transition écologique à "sortir de sa torpeur" et demande que le sulfoxaflor figure dans ce décret. Selon une enquête rendue publique jeudi par l'Unaf, en France, "au moins six millions d'hectares", sur une surface agricole utile estimée à environ 28 millions d'hectares, sont traités chaque année avec des insecticides néonicotinoïdes, via des traitements de semences (enrobages) ou par pulvérisation. 

Ce cri d'alarme des apiculteurs intervient alors que la production de miel en France a connu en 2017 une nouvelle année "catastrophique", avec une récolte "en dessous des 10.000 tonnes", en raison notamment de conditions météo défavorables.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/