2 min de lecture Agriculture

Les agriculteurs de plus en plus souvent financés par des particuliers

ÉCLAIRAGE - Ces anonymes prêtent de l'argent aux agriculteurs pour financer des travaux ou opérer une reconversion dans le bio.

Yves Calvi_ RTL Matin Yves Calvi iTunes RSS
>
Les agriculteurs de plus en plus souvent financés par des particuliers Crédit Image : Thierry Zoccolan / AFP | Crédit Média : RTL | Durée : | Date : La page de l'émission
Virgine Garin
Virginie Garin édité par Louis Chahuneau

Et si vous investissiez quelques dizaines d’euros dans un élevage de chèvres ou des vignes pour avoir, en contrepartie, des fromages ou des bouteilles ? C’est aussi une idée de cadeau à offrir pour Noël.

De plus en plus, pour acheter un tracteur, des vaches, planter des pommiers, les agriculteurs font appel au financement participatifIls s’adressent directement  aux particuliers sans passer par une banque. C’est le circuit-court du financement.

Ce sont surtout des éleveurs, des vignerons qui ont besoin d’argent par exemple pour agrandir un bâtiment,  acheter une machine , replanter des haies. Ils proposent aux particuliers sur internet de leur donner de l’argent. Les dons sont de 100 euros en moyenne, mais parfois moins, 10, 15 euros. En échange, vous recevez des produits, fromages, des  pots de miel, une visite à la ferme, ou vous avez même une semaine en immersion chez une éleveuse de chèvres.   
 
La plateforme Miimosa sur internet qui met en relation agriculteurs et particuliers a fait une enquête sur les motivations des donateurs. C’est d’abord la fierté de financer un projet local, d'aider un agriculteur. Ensuite, chaque fois, il doit y avoir une dimension écologique ou sociale ; l’argent va servir à passer en bio, à mettre de panneaux solaires sur la ferme,  à embaucher des handicapés, des investissements qui ont du sens.

Plus de 40 millions d'euros collectés en cinq ans

On peut aussi prêter aux agriculteurs. Ça rapporte plus que le livret A, plus de 4%. Vous prêtez de l’argent pendant en moyenne 5 ans, vous êtes remboursés tous les mois. Les intermédiaires ne sont pas des banques, mais des plateformes sur internet soumises aux mêmes règles que les banques, il y a des assurances. On note Blue bees, Agri Lend et donc Miimosa qui mettent en contact des centaines d'investisseurs avec un seul agriculteur. 

À lire aussi
Des militants de l'association L214 à Tours le 31 octobre 2017 animaux
L214 demande à Macron de sortir de l'élevage intensif pour "éviter de futures pandémies"

Chez Miimosa, la moyenne du prêt collecté pour un projet est de  200.000 euros. Et ça marche très bien vu les taux. L’argent est collecté rapidement. En Poitou-Charentes, un élevage laitier avait besoin de 375.000 euros, ils ont été rassemblés en 12 jours.  

Les prêteurs sont plutôt des jeunes couples, des urbains d'une quarantaine d'années qui veulent placer leur argent à 4 ou 5% et donner du sens à leur épargne en aidant un éleveur laitier qui se recycle dans les glaces fermières ou un viticulteur à se convertir en bio. En 5 ans, Miimosa a financé pour 40 millions d’euros de projets d’agriculteurs, soit 3500 projets. Il n’y a jamais eu de faillite jusqu’à présent. Les prêts sont toujours remboursés, et depuis le 1er confinement ils financent de plus en plus de magasins de producteurs, d’épicerie locales, et de Start-up de vente directe.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Agriculture Économie Solidarité
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants