5 min de lecture Prix Nobel

Le Prix Nobel de la Paix reviendra-t-il aux Casques blancs syriens ?

Ses anonymes et bénévoles portent secours aux Syriens victimes des bombardements du régime de Bachar el-Assad et de son allié russe.

BEGOT 245300 La Revue de Presse Amandine Bégot iTunes RSS
>
Le Prix Nobel de la Paix reviendra-t-il aux Casques blancs syriens ? Crédit Image : THAER MOHAMMED / AFP | Crédit Média : Adeline François | Durée : | Date : La page de l'émission
Adeline François
Adeline François
Journaliste RTL

C'est une élection qui atteint cette année un nombre record de candidats. 228 personnes, 148 organisations sont en lice, du jamais vu pour le Prix Nobel de la paix qui va être décerné ce matin à 11 heures à Oslo, en Norvège. "Ce Nobel, écrit Dominique Greiner, dans la Croix c'est un message de soutien à tous ceux qui, face a la violence du monde, sont tentés de céder à la résignation. L'homme est toujours responsable de la paix".

La Croix met donc en une six personnalités qui œuvrent pour un monde meilleur. Dans cette courte liste des faiseurs de paix : Pietro Bartolo, médecin gynécologue sur l’île de Lampedusa, qui assiste les migrantes à leur arrivée. Il y a Marguerite Barankiste, l'ange du Burundi qui, depuis 25 ans, a sauvé des milliers d'orphelins victime de la guerre entre Huttu et Tutsi. Et puis, il y a  une Française : Laurence Tubiana, négociatrice en chef de l'accord de Paris sur le climat.

Quelques jours après la COP 21 elle avait témoigné devant des étudiants. "On vous dira que seul comptent les rapports de force, que le cynisme est la règle dans les rapports internationaux. C'est vrai, mais il y a aussi des moments privilégiés, des batailles gagnées qui consolent de toutes les batailles perdues, alors choisissez votre cause et soyez surs que les idées peuvent changer le monde."

Eux ne changent pas le monde, mais sauvent des vies

À lire aussi
Jean Tirole économie
Réforme des retraites : "Une question de choix social", estime Jean Tirole sur RTL

"Les Casques blancs syriens sont souvent cités ces derniers jours et seraient, écrit Hala Kodmani dans Libération, le Prix Nobel le plus populaire dans l'histoire tant la campagne pour qu'ils soient désignés a été massive." Rare exemple d'espoir dans les ténèbres du conflit syrien. Mais comme rien de ce qui concerne la Syrie n'échappe au clivage, des détracteurs des Casques blancs ont lancé une contre-campagne sur des sites pro-russe et pro-régime, sur le thème " volontaires le jour, terroristes la nuit".

Le Parisien/Aujourd'hui en France met à l'honneur de son côté d'autres héros, ceux de la nuit du 14 juillet à Nice. Le journal s'est procuré les PV d'auditions de tous ces témoins entendus dans l'enquête, ces hommes et ces femmes qui sont restés auprès des blessés en attendant les secours, qui ont su faire des massages cardiaques. Ils ont fait montre d'une humanité exceptionnelle face a l'horreur. Laetitia, 38 ans, a pris toutes les nappes des restaurants de la Prom pour recouvrir les corps, Karim chauffeur Uber est descendu de sa voiture et a fait la circulation pour laisser passer les ambulances. Dans un autre PV, un père de famille veut dire sa reconnaissance à l'homme qui a tenu jusqu'au bout la main de sa petite fille de 6 ans. "Son dernier souvenir du monde sera la chaleur d'une main et il mérite une médaille", a-t-il dit aux enquêteurs.

Le cœur à gauche, le vote à droite

Une médaille pour les électeurs de gauche qui vont voter à la primaire de la droite. "L'affaire n'est pas aussi anecdotique qu'on pourrait le croire", écrit Éric Dupin sur le site Slate. Il raconte son déjeuner de dimanche dernier. "Sur six convives de gauche, trois jurèrent qu'ils avaient la ferme intention de participer à la primaire de droite pour barrer la route à Nicolas Sarkozy. Un quatrième s'est même laissé tenter par le vote gaucho-juppéiste au terme d'une discussion houleuse."

"L'honneur n'est plus exactement ce qu'il était dans une société où le calcul, le cynisme et la dérision s'étalent de toutes parts", se désole l'auteur. Oui il est question d'honneur puisque l'électeur de la primaire à droite devra signer la fameuse charte dans laquelle il reconnait adhérer aux valeurs républicaines de la droite et du centre. Alors dans Libé, Johan Huffnagel signe un édito tout en ironie. "Comment voter à la primaire de la droite sans se faire repérer ?". Allez voter avec Valeurs actuelles sous le bras, rasez votre barbe de hipster, oubliez votre tee-shirt pas repassé et vos baskets fatigués. Jean chemise et weston sont recommandés, mais évitez quand même le pull rose noué sur les épaules. Et surtout, n'oubliez pas bande de sales bobos, de prendre les photos des votants pour repérer les gens de droite qui viendrait ensuite pirater la primaire de gauche et voter Hollande.

Ce n'est pas à eux qu'on donnera une médaille, mais plutôt aux 60 employés qui travaillent au 11 quai Branly à paris où est installé le service de la correspondance présidentielle. C'est là qu'arrivent chaque mois 24.000 lettres adressées au président de la République, et il y a donc 60 personnes pour les lire, les faire suivre aux services concernés ou y répondre avant d'en faire une synthèse au Président. Reportage dans Paris Match de cette semaine, deux tiers des lettres concernent des demandes d'aide, mais c'est l'autre tiers qui intéresse le Président : les lettres sur son action. L'article ne donne pas la proportion d'avis favorable. Le service est installé dans d'anciennes écuries : quai Branly à Paris. Pas les écuries d'Augias, non, les écuries de Napoléon.

Les investisseurs chinois à l'assaut de l'étranger

"Le monde à l'heure chinoise", titre en une Courrier international qui s'intéresse cette semaine à cette déferlante des investisseurs chinois qui rachètent les entreprises étrangères à tour de bras. La Chine achète désormais dans tous les secteurs. C'est aussi le sujet d'une enquête passionnante de So Foot. Parce que les clubs chinois, on le sait, dépensent des fortunes pour s'offrir des joueurs étrangers à tous les postes, tous sauf un : celui de gardien de but. Depuis maintenant 15 ans, le règlement de la fédération chinoise oblige les équipes du championnat à placer un chinois de naissance dans les cages. Pourquoi ? Pour protéger ce poste et faire progresser tout le foot chinois. Un bon gardien, ça fait des bons défenseurs et ensuite des bons attaquants, ça se tient.

Sauf que la réalité est moins glorieuse, les gardiens chinois sont les joueurs les plus nuls et les plus corrompus. Les gardiens se retrouvent régulièrement au tribunal pour des matches truqués, des peines de prison ferme sont régulièrement prononcées. Dans l'article, témoignage de Benjamin Gavanon ancien joueur de Nancy et du club de Shenzen. "J'ai vu des buts casquettes comme jamais ailleurs". Exemple le gardien du Chongqing Lifan qui s'est pris un but cette saison alors qu'il buvait tranquillement à sa gourde dos au terrain". Philippe Troussier, ancien sélectionneur du Japon voisin, a une explication à cette médiocrité, qui serait le revers de la médaille de la culture asiatique. "Quand on est gardien, il faut gueuler, se mettre en avant, ce n'est pas le point fort des Chinois. Ici, chacun doit rester à sa place". Oui, mais pas dos au terrain quand même !

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Prix Nobel Syrie Proche-orient
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7785156115
Le Prix Nobel de la Paix reviendra-t-il aux Casques blancs syriens ?
Le Prix Nobel de la Paix reviendra-t-il aux Casques blancs syriens ?
Ses anonymes et bénévoles portent secours aux Syriens victimes des bombardements du régime de Bachar el-Assad et de son allié russe.
https://www.rtl.fr/actu/debats-societe/le-prix-nobel-de-la-paix-reviendra-t-il-aux-casques-blancs-syriens-7785156115
2016-10-07 09:55:43
https://cdn-media.rtl.fr/cache/m8vs_nHd8Fnn6XD0KnwVCg/330v220-2/online/image/2016/1007/7785157780_des-casques-blancs-dans-les-ruines-d-alep-le-3-juin-2016.jpg