4 min de lecture Calais

Le monde entier a les yeux rivés sur Calais

En ce lundi 24 octobre, premier jour de l'évacuation de la "Jungle" de Calais, les médias étrangers et français scrutent la situation.

BEGOT 245300 La Revue de Presse Amandine Begot
>
Le monde entier a les yeux rivés sur Calais Crédit Image : Thibault Camus/AP/SIPA | Crédit Média : Adeline François | Durée : | Date : La page de l'émission
Adeline François
Adeline François
et La rédaction numérique de RTL

Ce fut le plus joli moment de la journée d'hier. Au soleil chemin des dunes à la périphérie de Calais, un jeune Soudanais s'est approché, un petit carnet à spirales et un stylo à la main. L’œil pétillant il a fait mine de griffonner quelque chose puis a planté son regard  dans celui de ses interlocuteurs. "C’est ici la jungle ? Vous êtes d'où ?" Ce jeune soudanais singeait les mimiques des journalistes. "Il se moque de nous, et il a raison", écrit l'envoyé spécial de Libération à Calais. 

Des photographes partout, des carnets, des stylos, des micros, des caméras  dans tout le bidonville avec parfois des gardes du corps pour entourer les journalistes télé stars dans leur pays : des Américains, des Canadiens, des Espagnols, des Anglais, des Allemands, des Qatariens et même des Japonais à qui les migrants s'amusent à dire "Nihao". Plus de 500 journalistes couvrent ce matin "le live de la jungle" avec les "risques du direct", comme le titre en une Libération

En démantelant le bidonville en trois jours, sous l’œil des caméras du monde entier, l'état s'expose de fait à des dérapages filmés. "Il y a, écrit David Carzon, un côté Loft dont on ne sait s'il va permettre de garantir une forme de transparence ou s'il va servir la com d'un gouvernement décidé à montrer qu'il agit." "Hélas, rappelle Pascal Coquis dans Les Dernières Nouvelles d'Alsace, le précédent de Sangatte, il y a bientôt 15 ans, interdit de penser que ce démantèlement dissuadera les réfugiés de tenter à nouveau leur chance et d'affluer en masse aux portes de l'Angleterre."

À lire aussi
Le drame s'est joué dans cette rue de Calais, le vendredi 28 décembre faits divers
Calais : une femme de 64 ans en garde à vue pour le meurtre de son mari

L’évacuation de la jungle de Calais fait en tout cas la une de tous les journaux anglais aussi ce matin avec la même photo que l'on ne voit pas dans la presse française, photo d'un incendie la nuit dernière le long de la rocade portuaire. "Éruption de violence avant la fermeture du camp de migrants", titre le Times. "Calais vidé dans le chaos", en une du Daily Mail.

Le Figaro s'intéresse à d'autres migrants

Le Figaro évoque ces Allemands qui fuient leur pays pour s'installer en Hongrie en quête d'une vie moins chère avec des restaurants à 3 euros et des impôts plafonnés à 16%, une vie moins chère et sans migrants. Ils sont de plus en plus nombreux à s'installer au pays du très conservateur Viktor Orban. Un agent immobilier hongrois raconte qu'il a une quinzaine de demandes par jour, 5 fois plus que l'an dernier. Profils de ces nouveaux arrivants : des jeunes couples, des quadragénaires, des préretraités. 

Le Figaro a suivi la famille Brandt qui a quitté Francfort il y a un an pour s'installer à Marcali, sur les bords du lac Balaton. Udo, le père, est chauffeur routier, Birgit est caissière. "Maintenant qu'on est installés, on va chercher du travail, apprendre le hongrois, en fait on va faire ce qu'on aimerait bien que les migrants fassent en Allemagne. J’ai deux jeunes enfants, je veux qu'ils grandissent en sécurité", dit un père de famille. "Je suis sure qu'en Allemagne il va y avoir de plus en plus de problèmes liés aux réfugiés", dit une quinquagénaire qui passe la moitié de l'année en Hongrie. "Ici, au moins Orban demande l'avis du peuple sur les migrants, ici en fait cela ressemble à l'Allemagne d'il y a trente ans, c'est ça qui nous plait." Des Allemands qui rêvent de l'Allemagne du mur de Berlin, donc...

Direction le Japon

C'est l'un des paradoxes du pays du soleil levant : alors qu'il caracole en tête des innovations high-tech, qu'il figure parmi les pays où internet est le plus facilement accessible, eh bien il reste attaché comme aucun autre à de vieilles technologies qui font de la résistance, comme le fax, le CD ou les vieux portables. Ce particularisme a même un nom que nous fait découvrir Le Monde, en kiosque cet après-midi : le syndrome des Galapagos. Dans les grands magasins d'électronique, il y a carrément un rayon portable Galapagos où vous trouvez des Motorola StarTAC à clapet. 

Mais le plus frappant c'est la persistance du fax dans la vie économique. Dans ce pays de PME souvent artisanales où les habitudes ont la vie dure, on le préfère au message électronique. Il y a une autre raison et c'est un haut fonctionnaire japonais qui l'explique : le fax est un outil indispensable en termes de sécurité : même s'il y a un tremblement de terre, vous êtes certain que le destinataire possède une copie physique du message. La plupart des foyers ont aussi conservé leur fax, mais pour une autre raison. Le Japon a longtemps maintenu l'écrit au cœur de ses communications en raison de la complexité de ses idéogrammes, le fax a permis de transmettre ces messages d'une manière plus efficace. Ajouter à cela l'attachement des Japonais au papier, les trois journaux papier les plus vendus au monde sont tous les trois Japonais.

La musique contre la souffrance

Dans les pages santé du Figaro, on apprend que la musique n'adoucit pas seulement les mœurs, elle adoucit aussi la douleur de la fin de vie. Une étude menée à l'hôpital Sainte-Périne de Paris évalue actuellement les bénéfices d'une méthode appelée "le pansement Schubert". Dans une unité de soins palliatifs, voilà maintenant deux ans qu'une violoncelliste se glisse dans les chambres et joue au pied du lit du malade, au moment des soins douloureux, d'une ponction, d'une pose d'intraveineuse...

Les résultats de cette recherche seront publiés l'année prochaine, mais ils sont déjà prometteurs : 10 à 30% de réduction de la douleur grâce au pansement Schubert. La méthode a été ainsi baptisée en souvenir d'une patiente qui refusait qu'on lui change son pansement. Elle n'a plus opposé aucune résistance en entendant le trio numéro deux de Schubert. "Le violoncelle produit un son proche de la voix humaine, mais puissant en volume, et ses fréquences touchent les patients, quel que soit leur état de vigilance", dit le gériatre qui dirige cette étude. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Calais Migrants Réfugiés
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7785420492
Le monde entier a les yeux rivés sur Calais
Le monde entier a les yeux rivés sur Calais
En ce lundi 24 octobre, premier jour de l'évacuation de la "Jungle" de Calais, les médias étrangers et français scrutent la situation.
https://www.rtl.fr/actu/debats-societe/le-monde-entier-a-les-yeux-rives-sur-calais-7785420492
2016-10-24 10:47:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/HpzDBZD4qab5SzgajyQ_CA/330v220-2/online/image/2016/1024/7785422145_l-evacuation-de-migrants-a-calais-le-24-octobre-2016.jpg