Irak : les trésors de Mossoul menacés par l'État islamique

Assur, Nimroud ou Ninive : les vestiges de ces cités situés autour de Mossoul suscitent l'inquiétude de la presse.

>
Irak : les trésors de Mossoul menacés par l'État islamique Crédit Image : Capture d'écran YouTube Crédit Média : Adeline François Télécharger

On connaît la mythique Babylone, berceau de l'humanité, ou Palmyre, "l'irremplaçable trésor". Mais qui se souvient d'Assur, de Nimroud ou de Ninive ? Ces cités furent pourtant les capitales successives de l'Empire assyrien, entre le XIIIe et le VIIe siècle avant notre ère. Leurs derniers vestiges se déploient encore autour des faubourgs de la ville de Mossoul.

Certains d'entre-eux sont encore debout. Mais pour combien de temps ? Toute la presse évoque largement, mardi 18 octobre, le début de la bataille de Mossoul, avec cette photo que vous verrez partout : un char avec des drapeaux irakiens. Les journaux évoquent aussi la catastrophe humanitaire qui se profile, mais Le Figaro nous alerte lui sur l'irremplaçable trésor de Mossoul.

Entre autres bijoux d'archéologie, la périphérie de Mossoul abrite le site de Ninive, capitale de l'Empire assyrien. Son existence est mentionnée dès la Genèse et sa fondation est attribuée à Nimrod, petit-fils du prophète Noé, et premier roi de l'après-Déluge. En juillet 2014, Daesh met pourtant en scène la spectaculaire destruction du site archéologique dans une vidéo de propagande.

Autre merveille archéologique : les vestiges de la cité mésopotamienne de Nimrod, situés à 35km de Mossoul. Les fouilles du site, entamées en 1840, ont notamment fait surgir de colossales statues de taureaux et de lions ailés, génies protecteurs de la cité. De magnifiques bas-reliefs et stèles gravées ornant les différents palais de Nimrod ont également été retrouvés, et exposés au musée de Mossoul. Ce même musée, mis à sac en février 2015 par les jihadistes dans des vidéos où on les voyait détruire au bulldozer un taureau ailé de 5m de haut. Reprendre Mossoul, ce sera aussi faire l'état des lieux de ces sites saccagés.

Voyage au centre de la Terre

C'est un site lui aussi unique au monde, que le journal Le Monde nous fait visiter. Situé entre le mont Ventoux et les carrières d'ocre du Colorado provençal, petite merveille du Luberon, c'est ici que se trouve le laboratoire sous terrain à bas bruit (LSBB). Un labo qui regroupe des chercheurs du monde entier, installé dans l'ancien site de dissuasion nucléaire français. Ici, après la discrétion militaire, règne donc le silence et c'est précisément ce que sont venus chercher les scientifiques qui y travaillent depuis presque 20 ans. 

Dans les tunnels creusés 500m sous terre sous l'ancien site de l'armée, entouré de murs en béton armé, ils profitent d'un écrin protégé de toute interférence pour conduire des expériences ultrasensibles de détection de particules extraterrestres. Des capteurs sont installés partout, des sismographes, des magnétomètres, totalement isolés du fracas du monde. D'ici on ressent la houle de la méditerranée. "C'est magique", dit un chercheur. À côté de lui se trouve un encéphalogramme, car dans l'ancien site de dissuasion nucléaire, des recherches pour améliorer la compréhension du cerveau et trouver de nouveaux traitements dans la bataille contre Alzheimer ou Parkinson sont menées.

Transformer la boue en or

Le Parisien narre les aventures de Claire, qui a réussi à transformer de la boue en or. Cette blogueuse a eu l'idée de faire éditer dans un livre les injures dont elle a fait l'objet au début de l'année de la part de militants anti-IVG. Ils l'avaient couverte d'insultes après qu'elle a posté une vidéo sur YouTube dans laquelle elle répondait à Marion Maréchal-Le Pen sur la fin des subventions au Planning familial. Le livret de compilation de ces insultes connait un succès fulgurant. Résultat : la blogueuse a décidé de reverser les 14.004 euros de droit d'auteur qu’elle a touchés... au Planning familial. Les opposants à son message ont financé une association qu'ils condamnent, c'est beau comme une Fable de la Fontaine.

"Sa carrière américaine n'est plus qu'un tas de cendres"

Leonardo DiCaprio aide-t-il vraiment la planète ? se demande Le Parisien, quelque peu sceptique, alors que Leo se trouvait à Paris lundi 17 octobre pour présenter son clip sur l'écologie avant le déluge. En Une de Libération, pas de star, mais un animateur seul contre tous : Jean-Marc Morandini. "Le choix du trash", titre le quotidien, alors que la rédaction de la chaîne I-Tele doit voter dans la matinée la poursuite de la grève entamée lundi.

À la veille de la déferlante Brice de Nice 3, les pages cultures du Figaro lancent une charge inouïe contre Jean Dujardin qui, "quatre ans après son Oscar, n'a toujours pas transformé l'essai et se complaît dans la facilité". "Sa carrière américaine n'est plus qu'un tas de cendres", écrit Lena Lutaud, qui poursuit : "En France il a tourné cinq films en cinq ans, dont aucun ne marquera le 7e art".

La rédaction vous recommande
par Adeline FrançoisJournaliste RTL
Suivez Adeline François sur :
VOUS AIMEREZ AUSSI
PLUS DE VIDÉOS
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7785332996
Irak : les trésors de Mossoul menacés par l'État islamique
Irak : les trésors de Mossoul menacés par l'État islamique
Assur, Nimroud ou Ninive : les vestiges de ces cités situés autour de Mossoul suscitent l'inquiétude de la presse.
http://www.rtl.fr/actu/international/irak-les-tresors-de-mossoul-menaces-par-l-etat-islamique-7785332996
2016-10-18 10:15:00
http://media.rtl.fr/cache/CWN3tlycdWXVSba_eTVx7w/330v220-2/online/image/2015/0521/7778436002_la-mosquee-qui-tronait-sur-la-tombe-de-jonas-a-mossoul-juste-avant-sa-destruction-en-juillet-2014.jpg