4 min de lecture Médicaments

Le médicament le plus rentable de l'industrie pharmaceutique

REPLAY - Témoignage édifiant d'un ancien champion de judo qui soigne un cancer rare avec un médicament à 90.000 dollars par an.

BEGOT 245300 La Revue de Presse Amandine Bégot iTunes RSS
>
Le médicament le plus rentable de l'industrie pharmaceutique Crédit Média : Adeline François | Durée : | Date : La page de l'émission
Adeline François
Adeline François
et La rédaction numérique de RTL

C'est l'histoire d'une star victime d'un hold-up. Et qui fait la une de L'Humanité ce matin. Frédéric Demontfaucon a été champion du monde de judo en 2001. Et puis il y a 5 ans, une boule a commencé à gonfler dans son ventre, puis un mal de dos insurmontable. Verdict, leucémie myéloïde chronique. Un cancer rare du sang et de la moelle. Dans son malheur, Frédéric Demontfaucon a une chance : il y a un médicament tout récent, le glivec des laboratoires suisses Novartis. Efficacité indéniable mais coût exorbitant, c'est le médicament le plus rentable de l'industrie pharmaceutique. Hold-up sur la santé : mis sur le marché en 2000 à 30.000 dollars par an, le glivec est passé 5 ans plus tard à 60.000 puis aujourd'hui à 90.000 dollars, sans aucune justification.

Frédéric Demontfaucon a besoin de deux boîtes par mois, 2.500 euros la boîte, soit 166 euros le cachet. "À ce prix-là, je fais gaffe à ne pas le faire tomber dans le lavabo !" Il a fait un autre calcul : "En 5 ans, j'ai coûté 300.000 euros à la sécu, si je ne vivais pas en France avec ce système de santé je n'aurais pas pu me le payer et je serais mort." Le champion de judo ne décolère pas contre les marges mirobolantes des labos, les salaires astronomiques de leur patron. Le jackpot des labos menace notre santé, à lire dans L'Huma ce matin alors qu'une décision est très attendue aujourd'hui : l'office européen des brevets basé à Munich va examiner la demande de médecins du monde qui conteste le brevet du laboratoire américain qui vend à prix d'or un autre cachet, le sovaldi, contre l'hépatite C.

Comment l'industrie mondiale du talc finance les talibans et Daesh

Après les cachets, on parle aussi de poudre ce matin. Quel est le point commun entre votre armoire à pharmacie et la province de Nagharar dans le sud de l'Afghanistan ? Réponse : le talc. C'est de là-bas que vient la poudre extraite de la roche blanche utilisée dans les cosmétiques, le papier, la peinture ou la céramique vendue en Europe. Et c'est une enquête édifiante que publie Le Monde cet après-midi. Comment l'industrie mondiale du talc finance les talibans et Daesh en Afghanistan.

À lire aussi
L'autoroute A7 près de Valence (Drôme) sécurité routière
Vacances d'été : attention aux médicaments que vous prenez avant de conduire

En fait, les groupes terroristes prélèvent des taxes au passage des camions qui transportent le talc de l'Afghanistan au Pakistan. Rien qu'en 2014, ces taxes ont rapporté aux talibans 22 millions de dollars, c'est leur deuxième source de revenus après les narcotiques. Pour faire cesser ce juteux trafic, Kaboul a interdit les exportations de talc il y a deux ans avant de les autoriser de nouveau au début de cette année. En réalité, elles n'auraient pas cessé, la zone d'extraction est contrôlée par des insurgés, elle est impossible à administrer. Un trafic qui met en lumière les défis qui attendent l'Afghanistan en matière de gouvernance alors qu'une conférence des donateurs s'ouvre aujourd'hui à Bruxelles. Les mains de certains risquent d'être moites, pas sûr que quelqu'un leur propose du talc.

L'affaire Kim Kardashian

Les sueurs froides des policiers parisiens dans la presse aussi. Grosse pression sur les enquêteurs aux trousses des braqueurs qui s'en sont pris hier à Kim Kardashian, la starlette est partout ce matin, avec en gros plan la fameuse bagouse et son juste prix, à 4 millions d'euros. "Bijou, nom masculin qui donne des soucis au Quai des Orfèvres", écrit joliment Étienne de Montety dans sa chronique du Figaro. On y apprend d'ailleurs que bijou vient du breton bizou avec un z qui signifie anneau du doigt. "Le braquage XXL" en une du Parisien-Aujourd'hui en France, "la facheuse week" ironise Libération, qui se pose la question sérieusement :  "la bague à 4 millions finira -t-elle sur le Bon Coin ?" Les Échos évoquent les conséquences économiques de l'affaire, "un nouveau coup dur pour la destination France."

"Rapport de force surréaliste, s'insurge Didier Rose dans Les Dernières Nouvelles d'Alsace. Tout un pays devrait craindre le pouvoir de nuisances d'une Kim traumatisée, elle pourrait lui porter ombrage avec ces millions de suiveurs sur les réseaux sociaux ? Les bijoux envolés d'une Castafiore gonflée de ses selfies feraient de la France une nation de brigands ? Ce serait un autre hold-up : que Paris passe pour une cité de la peur aux États-Unis, où les armes sont en vente libre." Grandeur et décrépitude de la com moderne. C'est aussi ce que dit Hervé Chabaud dans L'Ardennais. "Avant de claironner que Paris est devenue la capitale des détrousseurs et des coupe-jarrets, mieux vaudrait s'interroger sur les conséquences de l'affichage bling-bling tous azimuts !" "Kim a été victime du délit-réalité" comme le titre Le Parisien.

Facebook est-il notre ami ?

Alors pour prendre un peu de hauteur, je vous conseille vivement la lecture de la revue Le 1 entièrement consacrée cette semaine au livre du visage, ce réseau sur lequel 1,7 milliard d'êtres humains sont branchés. Facebook est-il notre ami ? Sommes-nous plus proches les uns des autres ou transformés en fourmis numériques comme l'écrit le philosophe Bernard Stiegler, pour qui Facebook est foncièrement toxique et avilissant. Il massifie les comportements pour vendre à des annonceurs le maximum d'audience. Adèle van Reeth, également philosophe, est plus indulgente. Facebook, dit-elle, est un lieu où se rencontrent des âmes qui s'imaginent.

Facebook est-il notre ami ? Le réseau social se lance en tout cas aujourd'hui dans le e-commerce avec Market Place, un espace dédié aux ventes entre particuliers, pour concurrencer eBay et Le Bon Coin. Payer le juste prix entre soi, c'est génial. Et y a même une catégorie bijou.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Médicaments Santé Cancer
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7785105360
Le médicament le plus rentable de l'industrie pharmaceutique
Le médicament le plus rentable de l'industrie pharmaceutique
REPLAY - Témoignage édifiant d'un ancien champion de judo qui soigne un cancer rare avec un médicament à 90.000 dollars par an.
https://www.rtl.fr/actu/debats-societe/le-medicament-le-plus-rentable-de-l-industrie-pharmaceutique-7785105360
2016-10-04 10:22:53