3 min de lecture Le journal

Le journal de 7h : Les salariés Alstom inquiets du sauvetage par l'État

REPLAY - Après l'annonce de l'achat de 15 TGV par l'État pour relancer l'activité du site de Belfort, les salariés du groupe Alstom restent inquiets.

monde-rouge-245x300 Le journal RTL La rédaction de RTL iTunes RSS
>
Le journal RTL du 05 octobre 2016 Crédit Image : RTL | Durée : | Date : La page de l'émission
Jérôme Chapuis
Jérôme Chapuis Journaliste RTL

L'unanimité est rare mais elle se fait sentir. "Délire", "bouffonnerie", un François Hollande "chef de gag"... Dans la presse les titres sur le sauvetage du site de Belfort d'Alstom par l'État ne sont pas tendres. L'achat de 15 TGV dont la SNCF n'a pas besoin, pour un montant de 700 millions d'euros ne rassure pas les ouvriers des autres sites de l'entreprise. À Reichshoffen, dans le Bas-Rhin, on craint notamment une baisse de production. Le site est en charge de la fabrication des trains Intercités, qui circulent sur des lignes dites classiques. Et justement, faire construire des TGV pour les faire circuler sur ces lignes classiques à 160 km/h au lieu des 350 km/h traditionnels, c'est "ubuesque", selon Fabien, un salarié du site de Reichshoffen. Le délégué de l'intersyndicale CGT/FO est bien d'accord. S'il n'est pas contre le principe du sauvetage par l'État, selon lui, cet achat massif de TGV, "c'est bien pour pérenniser Belfort, mais c'est un peu déshabiller Jacques pour habiller Pierre"... Une sorte de système qui ne résout rien en réalité. 

Le site du Bas-Rhin est assuré d'avoir une activité pleine jusqu'en 2018, au-delà, il va falloir trouver de nouveaux contrats. Christophe Sirugue, le secrétaire d'État à l'industrie, a pourtant affirmé qu'il n'y aurait pas de baisse de régimes dans les autres usines du groupe Alstom. 

À écouter aussi dans ce journal :

- Renault : le groupe a annoncé le recrutement 100 personnes en CDI et 100 autres en CDD sur son site de Sandouville, à proximité du port du Havre. Une annonce qui fait écho à un marché de l'industrie qui se porte mieux.

- Emmanuel Macron : lors de son meeting à Strasbourg, le 4 octobre, l'ancien ministre de l'Économie n'a pas réussi à convaincre totalement. Il a certes proposé d'instaurer une dose de proportionnelle aux élections législatives, ainsi que le non cumul des mandats, mais c'est tout. Les sympathisants Macron n'ont pas eu droit à un véritable programme politique, mais à un constat d'un malaise démocratique, et ce pendant deux heures. Plusieurs militants  sont partis alors même que l'homme politique montait sur scène, jugeant Emmanuel Macron "trop novice". L'ancien ministre sera en meeting au Mans le 11 octobre prochain, et puis à Montpellier le 18.

À lire aussi
Toulouse justice
Les infos de 18h - Toulouse : des trafiquants de drogue relâchés pour vice de procédure

- Politique : la côte de popularité de François Hollande remonte légèrement selon le dernier sondage Ifop pour Paris Match. Le président a pris 3 points en une semaine, et situe désormais à 21% d'opinion favorable.

- Matthew : après Haïti et la République dominicainel'ouragan menace désormais le nord de l'île de Cuba, qui se trouve dans l’œil du cyclone. Les côtes américaines sont également mises en alerte. La Floride devrait être touchée dans la journée du 6 octobre, avec des vents soufflant à 300 km/h.

- Syrie : À Alep les forces du gouvernement prennent le pas sur les rebelles, en passe de perdre leurs dernières positions dans la ville. 

- Terrorisme : un jeune homme de 18 ans, en lien avec le jihadiste français Rachid Kassim et soupçonné de vouloir commettre un attentat, a été mis en examen et écroué mardi 4 octobre. Il a été interpellé à Clichy (Hauts-de-Seine) lors d'une opération antiterroriste.

- Hayange : dans le local occupé par le Secours Populaire, l'électricité a désormais été coupée. La mairie FN ne compte pas faiblir, martelant qu'elle a mis à disposition ce local dans un but précis et non dans le but d'exercer une activité politique en opposition avec la majorité au conseil municipal. Deux pétitions de soutien au Secours Populaire ont été lancées et signées par quelque 30 000 personnes. Le maire de la ville Fabien Engelmann a annoncé le lancement d'une procédure d'expulsion.

- Hôpitaux : des factures impayées pour un montant total de 80 millions d'euros ont été perdues à l'occasion d'un changement de logiciel de comptabilité des Hôpitaux de Paris, révèle le Canard Enchaîné.

La rédaction vous recommande

 

Lire la suite
Le journal Alstom Industrie
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants