2 min de lecture Le journal

Le journal de 22h : 13.000 personnes pendues dans une prison de Syrie en 5 ans

REPLAY - Entre 2011 et 2015 13.000 personnes ont été pendues dans cette prison gouvernementale près de Damas.

journal switch Le journal RTL La rédaction de RTL iTunes RSS
>
Le journal de 22h : 13.000 personnes pendues dans une prison de Syrie en 5 ans Crédit Image : RTL | Durée : | Date : La page de l'émission
Agnès Bonfillon
Agnès Bonfillon et Christophe Pacaud

Le régime syrien est accusé par Amnesty International d'avoir pendu quelque 13.000 personnes en cinq ans dans une prison près de Damas, deux semaines avant des pourparlers de paix prévus à Genève pour tenter de régler le conflit. Ces personnes exécutées entre 2011 et 2015 dans la tristement célèbre prison de Saydnaya étaient en majorité des civils qui s'opposaient au régime de Bachar al-Assad, indique l'ONG dans son rapport publié mardi 7 février.

Amnesty dénonce une "politique d'extermination" et estime que ces exécutions "constituent des crimes de guerre et de crimes contre l'Humanité". Il y a de "fortes raisons de croire que cette pratique perdure jusqu'à ce jour", dit-elle. Le rapport détaille que, au moins une fois par semaine, des groupes pouvant atteindre jusqu'à 50 personnes, étaient extraits de leurs cellules pour des procès arbitraires, battus puis pendus "en pleine nuit dans le secret le plus total".

"Tout au long de ce processus, ils restent les yeux bandés. Ils ne savent pas quand et comment ils mourront jusqu'à ce que la corde soit enfilée autour de leur cou", dénonce l'ONG. "Ils les laissaient (pendus) de 10 à 15 minutes", a témoigné un ancien juge qui a assisté aux exécutions. "Pour les plus jeunes, leur poids n'était pas suffisant pour les faire mourir. Les assistants des bourreaux les tiraient alors vers le bas et brisaient leur cou". Le rapport est basé sur des entretiens avec 84 témoins, au nombre desquels des gardiens, des détenus et des juges qui évoquent des actes réguliers de torture et de privation d'eau, de nourriture et de soins médicaux. 

À écouter également dans ce journal

- "Ne pas faire la guerre et rester unis". Depuis son lit d'hôpital, Théo grièvement blessé jeudi dernier par quatre policiers adresse un message aux jeunes d'Aulnay-sous-Bois ce soir, après trois nuits de tensions dans la ville de Seine-Saint-Denis.

À lire aussi
Yvelines
Terrorisme : une femme revenant de Syrie mise en examen à Paris

- Pour la 3e semaine consécutive, le Canard enchaîné sort de nouvelles révélations sur Penelope Fillon. Cette fois, l'hebdomadaire affirme que l'épouse du candidat de la droite a touché 45.000 euros d'indemnités de licenciement.

- Dans l'affaire Bygmalion, Nicolas Sarkozy a décidé de faire appel après son renvoi en procès pour ses dépenses de campagne en 2012. Il est accusé d'avoir dépensé 42 millions d'euros, alors que le plafond était de 22 millions d'euros. L'ancien chef de l'État fait appel car il y a deux juges dans cette affaire, mais un seul a signé l'ordonnance.

- Deux personnes ont été tuées ce soir dans la collision d'une voiture avec un TER reliant Saint-Brieuc et Rennes, en Bretagne. Le trafic ferroviaire est ce soir très perturbé dans la région et il faut prévoir 4 heures de retard. Plusieurs trains ont été remplacés par des bus.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Le journal Torture Proche-orient
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants