1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. Le journal de 17h : Valérie Trierweiler visée par une plainte pour "coups et blessures"
2 min de lecture

Le journal de 17h : Valérie Trierweiler visée par une plainte pour "coups et blessures"

REPLAY INTÉGRAL – L'ex-première dame, Valérie Trierweiler, est visée par une plainte pour "coups et blessures" après avoir giflé un homme dans un café.

Un micro RTL
Un micro RTL
Crédit : RTL
Le journal de 17h : Valérie Trierweiler visée par une plainte pour "coups et blessures"
03:12
Céline Landreau & La rédaction de RTL

Valérie Trierweiler est actuellement visée par une plainte pour "coups et blessures", après une altercation survenue ce jeudi avec un client d'un café du XVème arrondissement de Paris. D'après les premiers éléments de l'enquête, l'homme lui aurait ironiquement demandé "des nouvelles de François Hollande".

L'ancienne compagne du chef de l'État n'aurait pas apprécié la remarque. Elle l'aurait giflé après que celui-ci ait refusé de présenter des excuses. Le client en question est alors allé déposer plainte au commissariat en fin de matinée pour "coups et blessures".

La France ouvre une enquête visant Sabri Essid, un proche de Mohamed Merah

La justice française ouvre une enquête pour assassinat, suite à la parution d'une vidéo où un enfant semble exécuter un Arabe israélien. Un membre de l'État islamique s'exprimant en français l'accompagnait.

Les bourreaux sur la vidéo pourraient être de nationalité française et seraient très probablement Sabri Essid et son beau-fils de 12 ans. Aucune source officielle n'a confirmé cette information, mais il s'agit de la première application de ce genre de poursuite en France.

Amiante : des cheminots réclament la reconnaissance "d'un préjudice d'anxiété"

À lire aussi

Le conseil de prud’hommes de Paris a examiné ce jeudi le recours contre la SNCF déposé par des cheminots exposés à l’amiante durant leur carrière, qui réclament la reconnaissance de leur "préjudice d’anxiété". À l’issue de l’audience, à laquelle ont assisté une trentaine de plaignants, la décision a été mise en délibérée au 1er juin.

Ce sont en tout quelque 150 cheminots, en poste ou retraités, qui ont rallié cette procédure lancée par le syndicat SUD-Rail, en juin 2013. Tous ont côtoyé cette substance hautement cancérigène au travail, entre les années 1970 à 2000, et subissent régulièrement des examens médicaux pour vérifier si un cancer lié à l’amiante apparaît.

Depuis une quinzaine d’années, entre 30 à 50 agents ou ex-agents décèdent en moyenne chaque année d’un des cancers de l’amiante, selon SUD-Rail. Chaque plaignant réclame ainsi 12.000 euros de dommages et intérêts.

À écouter également dans ce journal

- Bruay-sur-l'Escaut (Nord) : un homme a été condamné à 18 mois de prison ferme en comparution immédiate, pour détention d'arme à feu et mise en danger de la vie d'autrui. Son fils s'était présenté à l'école mardi avec un pistolet non chargé.
- Manifestations contre le projet de loi santé : les médecins libéraux appellent à la grève des urgences et des gardes dès demain matin, avant de défiler dimanche, dans les rues de Paris. La ministre de la Santé Marisol Touraine a réaffirmé cette semaine que la généralisation du tiers payant, à laquelle s'opposent les médecins, entrerait bien en vigueur d'ici à 2017.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/