1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. Le départ de Hamon est "un abandon en rase-campagne", dit le syndicat SE-UNSA
1 min de lecture

Le départ de Hamon est "un abandon en rase-campagne", dit le syndicat SE-UNSA

INVITÉ RTL - Situation inédite pour la rentrée scolaire : le retour dans les écoles se fera sans le ministre qui l'a préparé. Christian Chevalier, secrétaire national de SE-UNSA, s'inquiète de l'absence de cohérence pour l'éducation.

Christian Chevallier, invité de RTL, mardi 26 août 2014
Christian Chevallier, invité de RTL, mardi 26 août 2014
Crédit : Charlotte Haas / RTL.fr
Yves Calvi_
Yves Calvi

Lundi prochain, les établissements scolaires rouvriront leurs portes. Mais le ministre de l'Éducation qui a préparé cette rentrée, Benoît Hamon, aura déjà quitté le ministère. Une situation "inédite" et "dommageable" selon Christian Chevalier, secrétaire-national SE-UNSA.

Pas d'inquiétude pour les élèves, plus pour les enseignants

"Ce ministère est un ministère de la durée, de la constance et de la cohérence. Au bout de trois ans de présidence de François Hollande on a notre troisième ministre dans un domaine qui devait être la priorité du gouvernement", critique le syndicaliste.

Pour les élèves, le départ de Benoît Hamon du gouvernement ne posera pas de problème particulier. "La rentrée se prépare des mois à l'avance donc le matin, tout le monde sera là. Techniquement, la rentrée va bien se passer", rassure Christian Chevalier.

Mais pour les enseignants et le personnel éducatif, c'est "un peu comme un abandon en rase-campagne. À peine arrivé, il s'en va", critique-t-il, jugeant que c'est "politiquement" que la rentrée de l'éducation va être difficile.

Besoin de cohérence pour un ministère de temps long

À lire aussi

"Dans ce pays, on crève des départs de ministres. Moi je rêve d'un ministre qui reste la durée du quinquennat. L'éducation, c'est le temps long, alors qu'on est en permanence sur des sauts de puce (...) Depuis plus de 50 ans il n'y a plus de cohérence. Nos collègues ne s'y retrouvent pas, ils n'ont plus confiance", poursuit Christian Chevalier.

Le syndicaliste se refuse aux commentaires sur les possibles remplaçants de Benoît Hamon. "Moi ce qui m'intéresse c'est de savoir quelle sera sa feuille de route, notamment du point de vue budgétaire. Est-ce que les 60.000 postes seront maintenus dans les deux années à venir ?", demande-t-il.

À écouter

Christian Chevallier : "Le départ de Benoît Hamon est vécu comme un abandon en rase-campagne"
00:06:06
La rédaction vous recommande

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/

Bienvenue sur RTL

Ne manquez rien de l'actualité en activant les notifications sur votre navigateur

Cliquez sur “Autoriser” pour poursuivre votre navigation en recevant des notifications. Vous recevrez ponctuellement sous forme de notifciation des actualités RTL. Pour vous désabonner, modifier vos préférences, rendez-vous à tout moment dans le centre de notification de votre équipement.