3 min de lecture Harcèlement

Le cyber-harcèlement, la priorité après la suspension du numéro "anti-relous"

INTERVIEW - Elliot Lepers, co-fondateur du numéro de téléphone "anti-relous", dénonce les "raids contre les militants féministes qui sont récurrents" sur les réseaux sociaux.

Une personne derrière un écran d'ordinateur
Une personne derrière un écran d'ordinateur Crédit : SIPANY/SIPA
ClaireGaveau
Claire Gaveau
Journaliste RTL

Le 06.44.64.90.21 n'est plus d'actualité. Pris d'assaut par des membres du forum 18-25 du site jeuxvideo.com, le numéro de téléphone mis en place pour faire face aux hommes insistants a été stoppé par ses deux créateurs, Clara Gonzales et Elliot Lepers. "Lundi soir (30 octobre, ndlr), nous avons été victimes d'une attaque coordonnée contre le service et d'une campagne de harcèlement contre nos personnes. Plusieurs dizaines de messages de haine, et notamment des menaces de mort, ont également été publiés sur Twitter et d'autres plateformes à notre encontre", expliquent-ils dans un communiqué publié ce mardi 31 octobre. 

Les deux militants féministes travaillent désormais aux suites juridiques à donner à cette affaire. "C'est la priorité après la grande campagne d'intimidation et de cyber-harcèlement lancée lundi. On a rassemblé de nombreux éléments afin de confondre les auteurs de ces faits de harcèlement. Nous mettons donc les démarches juridiques en marche pour que tous les responsables soient poursuivis", attaque Elliot Lepers, contacté par RTL.fr.

Des attaques anticipées

S'ils se disent "attristés" par ce cyber-harcèlement, Elliot Lepers et Clara Gonzales se réjouissent d'avoir pu confondre certains auteurs. "Ce numéro n'était pas un cheval de Troie. Mais oui, nous étions préparés car nous avions déjà subi cela. Même si rien n'était prévu, nous avons pu anticiper les réponses", détaille le fondateur du "deuxième bulletin" lors de la campagne présidentielle.

À lire aussi
Le nouveau tribunal de Paris dans le XVIIe arrondissement Gilets jaunes
Isadora Duncan, youtubeur "gilet jaune", jugé pour "harcèlement moral" cet automne

Ce genre de raid contre les militants féministes est récurrent

Elliot Lepers à RTL.fr
Partager la citation

Exit le numéro donc, place à une nouvelle bataille pour Elliot Lepers : "Ce qui nous intéresse, c'est surtout de dénoncer le cyber-harcèlement car ce genre de raid contre les militants féministes est récurrent". "C'est un délit mais il est particulièrement difficile à définir car la question de l'anonymat se pose et cela nécessite la coordination des plateformes", poursuit-il, ciblant notamment dans ce cas précis Webedia, société éditrice du site jeuxvideo.com.

Le site a déjà été dans la tourmente pour des comportements délictueux de la part des utilisateurs du forum 18-25. "Il y a régulièrement des réactions de la part de jeuxvideo.com mais aucune mesure n'a été prise pour prévenir ou empêcher cela", regrette-t-il. Et d'ajouter : "La question de la fermeture pure et simple du forum se pose". 

Si les deux militants féministes n'avaient reçu "aucune réaction" de la part de Webedia, Cédric Page, directeur de la division gaming, revient sur l'attitude de certains utilisateurs : "Ce n'est pas très intelligent. Webedia condamne bien sûr ces agissements, même si tous ceux qui se sont réclamés du forum sur les réseaux sociaux n'en font pas forcément partie", explique-t-il à Franceinfo.

Un nouveau projet à venir ?

Avant cela, le numéro "anti-relous" avait connu un véritable succès avec pas moins de 31.000 messages reçus depuis vendredi 27 octobre. Malgré la suspension "momentanée" du service, Elliot Lepers souhaite voir encore plus loin. "Il faut dépasser la question du numéro. Celui-ci n'a jamais été un projet à très long terme", lance-t-il sur RTL.fr. Il poursuit : "C'était un projet un peu prétexte pour mettre en avant cette question mais nous avons été dépassés par le nombre de demandes".

Nous tenterons de réactiver un service similaire dès que possible

Elliot Lepers à RTL.fr
Partager la citation

C'est pourquoi, d'autres projets pourraient naître dans les semaines à venir alors que la cagnotte en ligne, lancée au départ pour financer l'envoi des SMS, est toujours d'actualité. "On la laisse en ligne pour continuer à récolter de l'argent afin de développer de nouveaux projets. Nous tenterons de réactiver un service similaire dès que possible", annonce-t-il, tenant également à saluer "l'élan massif de générosité" qui "donne du courage".

Face à l'ampleur du succès, Elliot Lepers et Clara Gonzales avaient en effet mis en place une cagnotte afin de poursuivre le financement de ce numéro de téléphone. Ce mercredi 1er novembre, plus de 360 personnes ont participé pour une récolte totale qui dépasse les 4.200 euros à l'heure actuelle. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Harcèlement Société Interview
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7790750047
Le cyber-harcèlement, la priorité après la suspension du numéro "anti-relous"
Le cyber-harcèlement, la priorité après la suspension du numéro "anti-relous"
INTERVIEW - Elliot Lepers, co-fondateur du numéro de téléphone "anti-relous", dénonce les "raids contre les militants féministes qui sont récurrents" sur les réseaux sociaux.
https://www.rtl.fr/actu/debats-societe/le-cyber-harcelement-la-priorite-apres-la-suspension-du-numero-anti-relous-7790750047
2017-11-01 08:15:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/jT3Kmtt0S39vX5_Y6GK8PQ/330v220-2/online/image/2016/0913/7784834262_la-justice-lutte-contre-la-pedopornographie-diffusee-via-internet.jpg