2 min de lecture Études supérieures

Paris, ville la plus chère pour les étudiants

LE CHIFFRE - Selon une étude publiée par le syndicat UNEF, les dépenses mensuelles moyennes d'un étudiant dans la capitale s'élèveraient à plus de 1.120 euros.

Paris, ville la plus chère pour les étudiants
Paris, ville la plus chère pour les étudiants Crédit : Paul Guyonnet / RTL.fr
Paul Guyonnet
Paul Guyonnet
Journaliste RTL

À quelques semaines de la rentrée étudiante, c'est une information qui pourrait en inquiéter plus d'un. Les études supérieures sont loin de coûter le même prix à tous les jeunes du pays. Ce 17 août, l'Union nationale des étudiants de France (UNEF), la principale organisation syndicale du pays, publie ainsi une enquête qui dévoile des inégalités criantes entre les villes françaises. 

Par exemple, et sans vraiment de surprise, c'est à Paris qu'il est le plus onéreux d'étudier. En moyenne, selon l'UNEF, un étudiant dépenserait 1.124 euros mensuels pour se loger, prendre les transports en commun et plus largement vivre au quotidien. Et puisque pour réaliser son rapport, le syndicat a pris une base unique pour toutes les villes de 330 euros de dépenses courantes, c'est principalement le coût des loyers dans la capitale qui influence ce positionnement de Paris dans le classement. 

Brest, ville la moins coûteuse du pays

Derrière la plus grande ville du pays viennent ensuite deux autres commune franciliennes : Saint-Quentin-en-Yvelines (2e avec une moyenne de 987 euros dépensés chaque mois) et Saint-Denis (985). La première ville de province, Lyon, se place en 4e position avec 843 euros. 

À l'autre extrémité du classement cependant, plusieurs localités se distinguent par leur accessibilité financière. Ville la moins chère de France où étudier, Brest affiche ainsi une moyenne de 680 euros mensuels, soit quasiment 40% de moins que Paris, suivie de Clermont-Ferrand (710 euros) et Orléans (726,92 euros). 

Des politiques locales qui font la différence

À lire aussi
L'entrée de l'École normale supérieure de Paris (archives) études supérieures
Enseignement supérieur : voyage au cœur de l'ENS, la fabrique de prix Nobel

Au-delà ce ce constat, l'UNEF s'inquiète du coût en hausse de la vie étudiante. L'organisation syndicale met notamment en exergue une augmentation de 1,1% pour l'année scolaire à venir, quand le gouvernement ne prévoit qu'une revalorisation des bourses de 0,2%. Par ailleurs, elle relève l'importance des politiques menées localement en direction des populations étudiantes, saluant par exemple la mise en place dans certaines régions de chèques santé pour permettre l’accès à une complémentaire santé

Pour endiguer la progression du coût de la vie pour les étudiants, l'UNEF préconise plusieurs mesures d'ampleur, telles que la généralisation de l'encadrement des loyers, une revalorisation générale des bourses accordées par l'État ou encore la mise en place d'un demi-tarif étudiant dans les transports en commun de toutes les villes du pays. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Études supérieures Paris Société
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants