1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. Landes et Gironde : une bombe inerte recherchée par l'armée après être tombée
2 min de lecture

Landes et Gironde : une bombe inerte recherchée par l'armée après être tombée

Une bombe inerte de près de 40 kg est tombée lors d'un exercice de l'armée. Si celle-ci ne risque pas d'exploser, mais des recherches sont effectuées en Gironde et dans les Landes afin de la retrouver.

Mirage 2000
Mirage 2000
Crédit : ANGELOS TZORTZINIS / AFP
Charlotte Diry

Depuis quelques jours, un important exercice de l'armée de l'Air et de l'Espace se déroule au dessus des Landes et de la Gironde. Mais lors de celui-ci, une bombe inerte est tombée d'un appareil. L'armée demande à quiconque retrouve l'engin de contacter la gendarmerie. Une zone de recherches a été déterminée et elle concerne les communes de Luxey, Callen, Saint-Magne, Mios, Le Barp, Captieux, Hostens, Uzeste.

Jeudi 23 septembre, aux alentours de 15 heures, un Mirage 2 000 en partance de Cazeau et appartenant à la base militaire de Nancy a perdu "un emport d’exercice qui s’est décroché accidentellement de son fuselage", précise l’armée dans un mail envoyé aux différentes communes concernées par cet incident, selon nos confrères de Sud Ouest. Inerte, l’engin a la forme d’un "cylindre de couleur bleu, fait 10 cm de diamètres et mesure 1,90 mètre de long". était-il précisé.

Un incident peu commun

"C’est un incident rare", précisait l’armée dans son mail. Une enquête est d’ailleurs confiée à la gendarmerie de l’Air. Celui-ci se terminait par : "Si vous veniez à la trouver, il vous est demandé, notamment pour les besoins des enquêtes, de ne rien toucher et de contacter la gendarmerie la plus proche."

Même si cet évènement est rare, le Maire de Luxey, une des communes concernées, a affirmé qu'aucune battue ne serait déclenchée. "Luxey, c’est 16 000 hectares, c’est comme chercher une aiguille dans la forêt landaise. Un chasseur le retrouvera sans doute." confiait-il à Sud Ouest.

À lire aussi

Quant à Yann Bouffin, Maire de Callen, il a lui aussi réagit à cet incident. "Nous avions à plusieurs reprises indiqué aux autorités militaires et à la préfecture nos inquiétudes quant au risque de tels incidents et aux nuisances de tels exercices pour les populations. La preuve est faite désormais, malgré les déclarations rassurantes, qu’elles sont fondées. Nous rappelons que nous sommes toujours en attente d’une table ronde que nous avons demandée à la préfète des Landes concernant notamment les problèmes d’inondations posées par le Camp, comme cela s’est passé lors des épisodes de mai et décembre 2020 sur notre territoire" affirme Yann Bouffin. 

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/