1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. Lactalis : pourquoi la Nouvelle-Zélande est le cauchemar des producteurs de lait français
1 min de lecture

Lactalis : pourquoi la Nouvelle-Zélande est le cauchemar des producteurs de lait français

ÉDITO - La crise du lait, qui pénalise nos éleveurs à cause de la chute des prix, a son origine aux antipodes.

Des bouteilles de lait (illustration)
Des bouteilles de lait (illustration)
Crédit : AFP / Archives, Philippe Huguen
Lactalis : pourquoi la Nouvelle-Zélande est le cauchemar des producteurs de lait français
03:23
Lactalis : pourquoi la Nouvelle-Zélande est le cauchemar des producteurs de lait français
03:28
François Lenglet & Loïc Farge

C'est en Nouvelle-Zélande que s'est constituée la laiterie du monde. Ce pays est à l'origine de 27% des produits laitiers vendus sur le marché international. Il est le premier exportateur mondial de lait en poudre, de beurre et de fromage, devant l'Europe. La Nouvelle-Zélande collecte 22 milliards de litres de lait par an. Elle possède 6,5 millions de vaches (il y en a plus que d'habitants).

La plus grosse partie de la production locale est le fait d'une seule entreprise, Fonterra. Cette coopérative regroupe 10.000 éleveurs et réalise à elle seule le quart des exportations totales du pays. La dépendance de l'économie néo-zélandaise à l'égard de "l'or blanc" est telle que, lorsque le secteur souffre, la monnaie du pays est dévaluée.

Comme elle est le plus gros acteur mondial, la Nouvelle-Zélande - et plus précisément Fonterra - fait les prix mondiaux. Ceux-ci pèsent sur les cours européens, puisque l'Europe a démantelé tout récemment son système propre de fixation de la production et des prix. Les laiteries normandes ou bretonnes dépendent donc en partie de ce qu'il se passe à 19.000 kilomètres de chez nous.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/