1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. Admission Post-Bac : la plateforme vit ses dernières heures, selon Frédérique Vidal
1 min de lecture

Admission Post-Bac : la plateforme vit ses dernières heures, selon Frédérique Vidal

À la mi-août, ils étaient encore plus de 6.000 étudiants inscrits sur APB à ne pas avoir reçu d'affectation pour la rentrée scolaire.

Des étudiants à la bibliothèque (illustration)
Des étudiants à la bibliothèque (illustration)
Léa Stassinet

"La plateforme APB, telle que nous la connaissons, ce sera effectivement terminé l'an prochain". Dans un entretien donné au Journal du dimanche, la ministre de l'Enseignement Supérieur Frédérique Vidal promet donc la fin prochaine d'un système qui avait récemment montré ses limites.

Depuis le début de l'été, la plateforme Admission Post-Bac fait grincer des dents des milliers d'étudiants, qui n'ont pas vu leurs voeux d'orientation exaucés, et qui se retrouvent donc sans affectation à quelques jours de la rentrée. Fin juillet, on comptait 65.000 étudiants sans projet pour septembre. Aujourd'hui, ils seraient encore plus de 6.000. Interrogée à ce sujet, Frédérique Vidal a assuré que "le ministère faisait le maximum pour qu'au 25 septembre, chacun ait eu une proposition". 

La fin d'APB, Jean-Michel Blanquer l'avait déjà annoncée au micro de RTL le 31 août dernier, expliquant qu'il y aurait très certainement un nouveau "logiciel d'affectation", qui devrait changer de nom et de formule. Le ministre de l'Éducation nationale a également fait part de sa volonté d'en "finir avec le tirage au sort" dans les universités. Une position que partage Frédérique Vidal. 

Le tirage au sort, c'est fini en 2018, je m'y suis engagée

Frédérique Vidal

Sur France Inter, la ministre de l'Enseignement Supérieur n'avait pas laissé le doute planer en juillet dernier : "Le tirage au sort, c'est fini en 2018, je m'y suis engagée". Elle avait à l'époque dénoncé un système de loterie : "Le tirage au sort fait que des étudiants dont a priori, on pense qu'ils auraient toutes les chances de réussir dans une filière n'y ont pas accès et que d'autres dont on sait qu'ils ont très peu de chances de réussir y ont accès.Il faut qu'on soit en capacité de donner une réelle information aux étudiants y compris sur leur probabilité de réussir". Des groupes de travail se sont depuis penchés sur la question, et doivent transmettre leurs conclusions au gouvernement dans le courant du mois d'octobre prochain. 

La rédaction vous recommande
À écouter aussi

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/