1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. La justice ordonne à Calais de laisser le Secours catholique installer des douches pour les migrants
1 min de lecture

La justice ordonne à Calais de laisser le Secours catholique installer des douches pour les migrants

La justice a condamné la ville, qui avait bloqué avec une benne l'accès à l'un des bâtiments du Secours catholique pour empêcher l'installation d'un conteneur équipé de douches pour les migrants.

Un bâtiment du Secours Catholique à Calais, le 9 février 2017
Un bâtiment du Secours Catholique à Calais, le 9 février 2017
Clarisse Martin & AFP

François Hollande l'assurait en octobre dans les colonnes de La Voix du Nord, après le démantèlement du campement ."La 'jungle' de Calais ne renaîtra pas". Pourtant, si la 'jungle' en tant que telle n'est pas de retour, des migrants ont recommencé à affluer vers la ville du Pas-de-Calais, provoquant de nouvelles urgences humanitaires et sanitaires. Pour leur venir en aide, le Secours catholique a entrepris d'installer un conteneur équipé de douches. Une manœuvre que la municipalité a tenté de bloquer en installant une benne condamnant l'accès à un bâtiment de l'association.

L'association a saisi la justice administrative, et la ville ressort condamnée. Elle doit retirer la benne sous 24 heures. Elle avait été installée le 8 février. Le terrain appartenant au Secours catholique, la justice a estimé qu'il s'agissait là d'une "atteinte grave et manifestement illégale au droit de la propriété." Le président du Secours catholique du département, Didier Degrémont s'est félicité de cette décision et a souligné "le caractère honteux et incompréhensible d'une municipalité qui s'oppose à une association voulant simplement donner accès à des douches à quelques jeunes migrants vivant dans des conditions effroyables."

De son côté, la Ville a pris le contre-pieds de la décision. "On ne peut pas réclamer le démantèlement de la 'jungle' de Calais [il y a trois mois, ndlr], pour ensuite retrouver un lieu de vie en plein cœur de ville que serait ce mini-centre organisé par le Secours catholique, où des douches, peut-être de la nourriture, vont être distribuées, dans des conditions spartiates", a dénoncé Emmanuel Agius, premier adjoint à la maire Les Républicains Natacha Bouchart. Il a également rappelé que la commune avait déposé un recours sur le fond dans cette affaire, qui devrait être examiné par le tribunal administratif dans les prochains mois.

La rédaction vous recommande
À lire aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/