1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. La Ciotat : le maire et un adjoint menacés de mort
2 min de lecture

La Ciotat : le maire et un adjoint menacés de mort

Le maire Patrick Boré et l'un de ses adjoints font l'objet de menaces de morts depuis une dizaine de jours. L'élu demande des renforts à l'État.

Les premières menaces de morts envers le maire de La Ciotat Patrick Boré remontent au 18 décembre (illustration)
Les premières menaces de morts envers le maire de La Ciotat Patrick Boré remontent au 18 décembre (illustration)
Crédit : PHILIPPE HUGUEN / AFP
La rédaction numérique de RTL & AFP

Un hôtel appartenant à un adjoint au maire, Noël Collura, a été pris pour cible dans la nuit de lundi 28 à mardi 29 décembre, alors que son domicile avait été visé par des tirs neuf jours plus tôt. Les tireurs n'ont pas été impressionnés par la conférence de presse donnée lundi 28 décembre par le maire Les Républicains Patrick Boré. Menacé de mort, l'élu appelait l'État à agir.

Lundi 28 décembre vers trois heures du matin, deux hommes sont descendus d'une voiture devant la mairie de La Ciotat et ont tiré "à plusieurs reprises sur la façade et la porte vitrée avec une arme de chasse avant de repartir en trombe", raconte le quotidien régional La Provence. Dix jours plus tôt, alors que le maire présidait le Conseil municipal du 18 décembre, deux personnes portant des casques se sont rendus à son domicile et ont menacé de mort son épouse. Le 20 décembre, deux hommes ont tiré à la chevrotine sur le domicile et la voiture de Noël Collura, adjoint au maire délégué à l'Environnement.

Patrick Boré en est convaincu : les actes sont liés. "Deux voyous se promènent à La Ciotat depuis dix jours, je veux qu'on les arrête, je veux savoir qui les commandite et pourquoi.", dit-il dans La ProvenceIl demande aux plus hauts représentants de l'État de "déployer tous les moyens dont disposent la police et la justice pour interpeller les auteurs", affirmant que "des pistes sérieuses sont explorées par l'enquête". "Il ne doit pas y avoir de trêve des confiseurs pour l'État de droit", conclut-il.

L'enquête a été confiée à la Direction Départementale de la Sécurité Publique qui mène trois enquêtes. Le parquet de Marseille, qui dispose des vidéos des caméras de surveillance de la mairie, en est au stade des investigations, indique le journal régional.

La rédaction vous recommande
À lire aussi

 

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/