1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. "L'objectif, c'est de détruire les structures de l'État islamique", selon Jacques Lanxade, ancien chef d'État-major
2 min de lecture

"L'objectif, c'est de détruire les structures de l'État islamique", selon Jacques Lanxade, ancien chef d'État-major

REPLAY / INVITÉ - L'ancien chef d'État-major des armées françaises estime que l'aviation seule ne peut pas suffire.

Le porte-avions français Charles de Gaulle, en 2007 à Toulon
Le porte-avions français Charles de Gaulle, en 2007 à Toulon
Crédit : AFP
"L'objectif, c'est de détruire les structures de l'État islamique", selon Jacques Lanxade ancien chef d'État-major
00:09:15
Yves Calvi & Édouard Nguyen

Les bombardiers français ont frappé pour la première fois les jihadistes du groupe État islamique (EI) en Irak et en Syrie, depuis le porte-avion Charles de Gaulle, ce lundi 23 novembre. Bien que ces bombardements ne sont pas suffisants, ils traduisent d'abord un rôle politique essentiel, selon Jacques Lanxade. "C'est la manifestation de la détermination française à s'en prendre à l'État islamique, à la fois au plan intérieur français mais aussi au plan international" pour enfin se tourner vers une grande coalition.

"Il faut faire de la politique pour gagner cette guerre, explique l'ancien chef d'État-major. Les rendez-vous du président François Hollande avec ses homologues étrangers sont essentiel pour réaliser cette coalition. L'objectif, c'est de détruire les structures de l'État islamique, "ce qui ne supprimera pas Daesh en tant qu'organisation terroriste, mais on peut penser que leurs capacités terroristes et la pression sur les migrations aussi diminueraient", analyse-t-il.

On n'a jamais gagné une guerre avec seulement des bombardements

Concernant les troupes au sol, Jacques Lanxade est catégorique : 'Il est clair que l'aviation seule ne peut pas suffire". Selon lui, il faudra bien avoir des forces qui contrôlent le pays. Yves Calvi souligne que l'on n'a jamais gagné une guerre avec seulement des bombardements. Reste à savoir s'il s'agit d'un pays ou d'une coalition. Qui va contrôler ce territoire une fois que l'EI aura disparu ?

Enfin, l'ancien chef de l'État-major précise qu'il faut également viser les ressources financières du groupe jihadiste. Cet état ne peut pas vivre s'il n'a pas de ressources, notamment celles du pétrole. "Il reste essentiellement le pétrole mais pas uniquement, il faut attaquer les sources pétrolières, les puits, les transports et les raffineries", explique-t-il. La France a des intérêts communs avec les autres pays, mais la coalition peut-elle s'entendre ? Pour le moment, l'ancien chef des armées n'imagine pas une intervention au sol française, à moins d'une véritable coordination.

Je pense qu'il faut supprimer et s'en prendre à toutes les ressources financières de l'État islamique

Jacques Lanxade
La rédaction vous recommande

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire