3 min de lecture Divertissement

Jeudi 6 mars 2014 : Le gang de Roubaix

Actif au début de l'année 1996, "le Gang de Roubaix" s'est rendu responsable de plusieurs braquages, d'un meurtre et d'une tentative d'attentat. Cinq des membres ont trouvé la mort durant l'intervention du Raid le 29 mars 1996.

Jacques Pradel
Jacques Pradel Crédit : Elodie Grégoire

Bonjour à tous !

Une émission consacrée aujourd'hui à l’odyssée sanglante du gang de Roubaix.
 
C’était en 1996. Une dizaine de voyous qui se réclamaient d’un combat islamiste, avaient décidé de soutenir la cause des Musulmans de Bosnie dans leur lutte contre les Serbes.

En février et mars 1996, pour soutenir leur cause et pour envoyer de l’argent aux soldats d’Allah en Bosnie, ils se sont mis à braquer des commerçants, des grandes surfaces, un camion de la Brink’s, n’hésitant pas à tirer sur les policiers ou les passants avec des armes de guerre, des grenades, des kalachnikovs et même un lance-roquette.
 
Quatre d’entre eux mourront dans leur maison en flammes de la rue Henri Carette à Roubaix, le 29 mars 1996, au cours d’un assaut des policiers du RAID.
L’un des deux chefs du gang sera, quant à lui, abattu sur une autoroute en Belgique. L’autre sera finalement arrêté en 2003, après une longue cavale à travers le monde.
 
Avec mon invité, l’écrivain et journaliste Christian Authier nous vous racontons l’histoire de ces jeune idéalistes, dont le destin a basculé dans cette dérive sanglante.

Jacques Pradel

À lire aussi
Parlons-nous
Culpabilité : hanté par son les fantômes de son passé


Christophe Caze, l'un des leaders du gang de Roubaix
Christophe Caze, l'un des leaders du gang de Roubaix


C'est en Bosnie que commence véritablement l'histoire du gang de Roubaix.
Plusieurs des futurs membres y ont combattu à partir de 1991 aux côtés de leurs "frères bosniaques". Ils ont été entrainés, armés et fanatisés par les combattants afghans qui leur proposent, à la fin de la guerre, de continuer le jihad en France.
 
Le 27 janvier 1996, deux membres du groupe vol une voiture et mitraillent deux policiers. L'un d'entre eux est grièvement blessé.
Le 8 février, le groupe braque un magasin hard-discount et tue un automobiliste, Hamoud Feddal, 28 ans.
Le 25 mars, un fourgon blindé est attaqué à Leers, à quelques kilomètres de Roubaix. Un convoyeur de fonds est grièvement blessé.

Mais c'est le 28 mars que le groupe fait véritablement parler de lui. Alors que la réunion du G7 est prévue à Lille, le gang de Roubaix tente de faire exploser une voiture devant un commissariat de la ville.


Le lendemain, le Raid est présent devant l'appartement occupé par les membres du groupe au 59 rue Henri Carette à Roubaix.
Quatre membres meurent dans l'incendie qu'ils ont déclenché à la grenade et deux policiers sont sérieusement blessés. Lors de leur fuite, deux autres membres du groupe sont repérés par les gendarmes belges. Christophe Caze, considéré comme le leader, est tué sur l'autoroute Lille-Gand tandis qu'Omar Zemmiri parvient à s'échapper.


Omar Zemmiri à son arrivée le 8 octobre 2001 au Tribunal de Douai
Omar Zemmiri à son arrivée le 8 octobre 2001 au Tribunal de Douai


A l'ouverture du procès du Gang de Roubaix le 2 octobre 2001, seul trois des membres comparaissent
: Omar Zemmiri, qui a été retrouvé depuis, Mouloud Bouguelane et Hocine Bendaoui.
Le dispositif de sécurité autour du tribunal est totalement inédit. Nous sommes trois semaines après le 11 septembre : Le contexte est totalement défavorable aux accusés.

Durant trois semaines, Omar Zemmiri nie tandis que ses co-accusés minimisent leur implication. Le réquisitoire de Luc Frémiot, qui durera près de quatre heures, se termine dans une déclaration on ne peut plus claire à destination des trois accusés : " La liberté n'est pas pour vous. Vous l'avez prostituée sur le lit de votre violence ". Omar Zemmiri, Mouloud Bouguelane et Hocine Bendaoui écoperont de 28, 20 et 18 ans de prison ferme.

Omar Zemmiri fait appel de la décision et est rejugé le 15 décembre 2003 à Paris. Coup de théâtre le premier jour de son procès : Lionel Dumont, un autre membre du gang, est arrêté en Allemagne. La peine d'Omar Zemmiri est ramenée à 15 ans de prison. Lionel Dumont, qui avait été condamné par contumace à la perpétuité, est de nouveau jugé en décembre 2005 devant les Assises du Nord. Face à lui, toujours le même avocat général : Luc Frémiot. Il requiert 30 ans de prison, les jurés le suivent. Lionel Dumont fait appel de la décision et voit sa peine réduite à 25 ans lors de son nouveau procès à Paris en 2007.
Seddik Benbahbouli, condamné à 20 ans de prison par contumace, est quant à lui toujours en cavale…


Invités : Christian Authier, romancier, essayiste et journaliste, auteur de " Soldat d’Allah " (Ed. Grasset) ; Luc Frémiot, magistrat

"Soldat d'Allah", de Christian Authier, aux éditions Grasset
"Soldat d'Allah", de Christian Authier, aux éditions Grasset
Lire la suite
Divertissement
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants